Merci !

Tempête

Ciné-chroniques

Film français de Samuel Collardey

Avec Dominique Leborne, Matteo Leborne, Mailys Leborne, Chantal Leborne, Jean-François Leborne, Patrick d Assumçao, Carole Perineau, Vincent Bessonnet, Sandra Richard 

Prix d'Interprétation Masculine Venise 2015 Bayard d Or du Meilleur Film et du Meilleur Comédien 30e Festival de Namur 2015

Sans rancune !

Samuel Collardey fait un trajet assez exceptionnel : sorti de la Femis comme chef-opérateur, il réalise son premier long-métrage, L’Apprenti, qui obtient le Prix Louis Delluc du Meilleur Premier Film et le Prix de la Semaine de la Critique à Venise en 2008. Ce docu-fiction, sans acteurs professionnels, est consacré à un jeune apprenti dans une ferme du Haut-Doubs et porte déjà en germe les options qui caractérisent Tempête aujourd’hui. Durant les années suivantes, il exerce son activité de directeur de la photographie jusqu’en 2013 où il réalise Comme un Lion - également inspiré par une histoire vraie – mais le résultat le déçoit : des acteurs professionnels et une équipe trop lourde ont éliminé le charme qui caractérisait son coup d’essai. 

Dès 2014, il met en chantier le projet Tempêteavec sa co-scénariste Catherine Paillé, issue d’une famille de marins des Sables d’Olonne. Depuis longtemps, Samuel Collardey désirait faire un film sur le milieu des pêcheurs et lorsqu’il rencontra l’un d’eux, Dominique Leborne, il fut séduit immédiatement par « ce personnage de cinéma », beau gosse, à l’aise devant la caméra, séparé de sa femme mais ayant la charge de ses deux enfants. Il a passé près d’un an auprès de Dom à mettre en place, avec Catherine Paillé, la structure de l’histoire inspirée par sa vraie vie, entre la pêche et ses deux ados. Comme dans l’admirableFemme du Ferrailleur du Croate Danis Tanoviƈ, il ne s’agit pas d’un scénario interprété par des acteurs amateurs, mais d’épisodes de leur vie réelle revécus par eux-mêmes devant la caméra. Deux exceptions à cette règle stricte : la mère des enfants ayant refusé de participer à ce projet a été remplacée par une comédienne, même chose pour le banquier qui a refusé un prêt à Dom pour acquérir un bateau. Une autre année a été consacrée au tournage et à la post-production. Ce calendrier de fabrication est assez rare dans le cinéma pour mériter d’être souligné plutôt que d’entamer l’intérêt du public en dévoilant trop tôt aux futurs spectateurs les problèmes de cette histoire familiale.

Cette remarquable entreprise si peu courante vient d’être récompensée, à juste titre, par la dernière Mostra de Venise décernant le Prix d’Interprétation Masculine à Dominique Leborne et les "Bayard d’Or" du Meilleur Film et du Meilleur Comédien au Festival du Film Francophone de Namur. Comme, parfois, le destin ne manque pas d’humour, le Maire des Sables d’Olonne a souhaité remettre la Médaille de Citoyen d’Honneur à Dominique Leborne qu’il avait condamné pour quelques erreurs de jeunesse lorsqu’il était juge au tribunal des Sables. Tout est bien qui finit bien.

Henri Lanoë
Cinéchronique

Sortie le 24-02-2016 

Ces articles pourraient vous intéresser

Sleeping Giant
Lucky