Merci !

Tout s’accélère

Ciné-chroniques

Film documentaire français de Gilles Vernet 
Interventions de Hartmut Rosa, Nicole Aubert, Nicolas Hulot, Jean-Louis Beffa, Etienne Klein, et la classe de CM2

Vrooooom! 

Saturé par les années passées dans le monde de la finance, le trader Gilles Vernet a fait volte face et choisi de devenir instituteur d’une classe de CM2, à Paris. Impressionné par l’accélération constante de nos civilisations industrielles qui anéantissent progressivement les rythmes de la nature, il s’interroge sur les raisons de cette course incessante : est-il vraiment nécessaire de dépenser quelques milliards d’euros pour gagner dix minutes sur le trajet Paris / Marseille en TGV ?

Cette addiction à la vitesse a pris naissance durant le 19e siècle avec l’apparition du machinisme en faisant de spectaculaires progrès qui ont abouti à un exploit indubitable : l’alunissage des cosmonautes. Auparavant, depuis les cohortes pharaoniques jusqu'à la Grande Armée de Napoléon, les déplacements s’effectuaient à pied et à cheval sur une immense planète qui avait conservé les mêmes dimensions durant des millénaires. Gilles Vernet tente donc une analyse philosophique de ce phénomène auprès de ses jeunes élèves qui l’étonnent par la pertinence et la maturité de leurs réponses. Il décide donc de filmer leurs témoignages afin que leurs réflexions nous parviennent.

En contrepoint, il les compare aux réactions de cinq spécialistes de ces questions afin d’entendre un raisonnement adulte sur les dangers que nous allons affronter si nous ne freinons pas cette chute vers le point de non retour. Quatre témoins invités apportent, chacun dans son domaine - sociologue, philosophe, écologiste, chef d’entreprise - une réflexion sur cette fuite en avant du monde moderne décrite par Hartmut Rosa, l’auteur allemand du livre Accélération qui a inspiré ce film. Sans atteindre, évidemment, le niveau de ces professionnels de la pensée, certains élèves de la classe de CM2 font preuve d’une étonnante capacité de raisonnement dans une langue parfaitement maîtrisée. Venus d’horizons différents, ces enfants prouvent ainsi que la mixité sociale peut souvent réussir.

Une seule réserve vient tempérer l’adhésion totale à cet intéressant documentaire. Craignant peut-être que ces échanges verbaux sur l’irrésistible accélération finissent par lasser le spectateur, Gilles Vernet «aère» le montage par des images de voitures ou de nuages filmées "en accéléré", bien entendu. Ces premières interventions donnent du rythme et de l'humour au film en s’intégrant bien dans les discours d'ouverture. Mais ce procédé revient si souvent qu’on finit par se lasser de revoir interminablement des voitures faire la course sur le périph’ et les nuages filer vers l’horizon, rallongeant inutilement ce documentaire déjà longuet.

Henri Lanoë
Cinéchronique

Copyright: Fotolia

Ces articles pourraient vous intéresser

Free to Run
Lucky