Merci !

L'Envolée

Ciné-chroniques

Film anglais d'Eva Riley

Avec Frankie Box, Alfie Dergan, Sharlene Whyte, Will Ash, Billy Mosford, Nicola Wright, Emily Gibson, Leia Desseaux

Durée :1h23 - Sortie : 8 juillet 2020

 

Famille Redécomposée

 

Leigh, 14 ans, fait partie d’un groupe de gymnastes au sol, discipline qui demande une solide base technique et artistique indispensable pour les compétitions qu’elle devra bientôt affronter avec ses camarades. Elle est douée mais son entraîneuse doit soutenir son moral car, malgré son talent, elle est trop souvent triste et solitaire. Orpheline de mère, dotée d’un père mutique souvent absent (il entretient un deuxième foyer), la vie solitaire de Leigh n’est guère heureuse. Jusqu’au jour où débarque Joe, 18 ans, qui vient froidement partager le logement puisqu’il prétend être le demi-frère de Leigh, stupéfaite, qui refuse de le croire : la colère succède à la tristesse.

Mais c’était vrai… Un modus vivendi va s’établir peu à peu entre les deux jeunes gens et la cohabitation s’améliore progressivement puisque Joe est finalement un garçon plutôt sympathique et que, surtout, il a une passion pour la moto, véhicule que découvre Leigh qui ne va pas tarder à entrer dans la bande de garçons qu’il fréquente et qui a pour passe-temps favori … le vol de ces engins ! Ces joyeuses péripéties ont pour décor la campagne ensoleillée autour de Brighton, aux antipodes de l’Angleterre pluvieuse et sinistre des films de Ken Loach, et ce club de demi-voyous fait un triomphe à Leigh lorsqu’elle exécutera finalement quelques figures de gymnastique qui les sidèrent : bienvenue au Club, elle pourra désormais participer à leurs larcins !

Je n’en dévoilerai pas plus, bien entendu. L’atout essentiel de ce scénario amoral mais sympathique est dû à l’exceptionnelle qualité des jeunes interprètes dont aucun n’est professionnel. Eva Riley a sélectionné sans hésitation Frankie Box (Leigh) et Alfie Dergan (Tom) dans un casting, tant leur naturel et leur sens de l’humour étaient évidents. En partant des dialogues proposés, la réalisatrice faisait de nombreuses prises, laissant progressivement les acteurs improviser selon leur inspiration. Le résultat est probant, qu’il s’agisse des moments dramatiques ou joyeux.

Intéressée depuis longtemps par la gymnastique au sol, Eva Riley a compris que seule une pratiquante de ce sport difficile pourrait aisément incarner son héroïne, mais une des qualités du ce scénario c’est le peu de place que tiennent les démonstrations dans ce récit situé essentiellement hors du gymnase, dans une Angleterre joyeuse et ensoleillée où le vol de motocyclettes peut passer pour un sport british.

Henri Lanoë
Cinéchronique

Ces articles pourraient vous intéresser

Mes jours de gloire