Merci !

Meltem

Ciné-chroniques

Film français de Basile Doganis

Durée : 1h27

Sortie : 13 mars 2019

Avec : Daphné Patakia, Rabah Naït Ouffela, Lamine Cissokho, Karam Al Kafri, Akis Sakellariou, Féodor Atkine

 

M’aime-t-elle ?

Sa mère est morte depuis un an lorsque Elena, jeune franco-grecque bilingue, retourne sur l’île de Lesbos où sa famille possède une maison entretenue par son beau-père, Manos, Elle désire la vendre désormais et pour l’accompagner dans cette mission, elle a invité deux copains banlieusards, le franco-maghrébin Nassim et le franco-sénégalais Sekou, pour leur faire découvrir le soleil de la Méditerranée.et, peut-être, le Meltem, vent du Nord qui peut déclencher de violentes tempêtes dans cette région. (Ce mot désigne également les femmes autoritaires !)

Notre trio débarque à Lesbos en juillet 2015, période où la Grèce traverse une grave crise politique tandis que près de 500 000 migrants font escale dans cette île qui ne compte que 85 000 habitants. Quoique nés en France et donc français, Nassim, Sekou et surtout Elena se sentent très concernés par les problèmes d’identité et d’appartenance, mais cela ne les empêche pas d’apprécier la cuisine de Manos et de jouir des plaisirs de la plage en attendant la rencontre du notaire qui va entériner la vente de la maison, but de ce voyage. Ce premier long-métrage du réalisateur gréco-français Basile Doganis ne nous montre pas le sort de ces milliers d’exilés qui campent dans cette île à l’écart des touristes fortunés mais, si le joyeux Sekou enchaîne les blagues entre deux plongeons, on sent bien que le discret Nessim est surtout attiré par l’insondable miss Meltem qui ne semble guère encourager ce sentiment.

Le trio va devenir quatuor lorsque le séduisant Elyas, rencontré sur la plage, vient se joindre à eux. De type européen et également francophone, rien de le désigne comme le migrant syrien qu’il est réellement. Coincé sur cette île et sans papiers, il cherche surtout à gagner la Grèce où il espère retrouver sa mère qui a disparu lors de leur exil. A partir de cette rencontre, le film décrit les difficultés que nos trois vacanciers vont affronter afin d’aider Elyas à quitter Lesbos, les joyeuses baignades cédant désormais la place à un récit plus dramatique où le redoutable Meltem va intervenir. Après cet intéressant virage dans le scénario, on peut vraiment regretter que la conclusion tragique qu’il implique ne soit pas le terme de cette histoire qui se prolonge, hélas, par un ultime happy ending, bâclé et bien improbable.

Henri Lanoë
Cinéchronique

 

Ces articles pourraient vous intéresser

Marie Stuart reine d’Écosse
Oleg