Les pronostics 2018 du bac S – Physique-chimie
Merci !

Les pronostics 2018 du bac S – Physiquie-chimie
Par Nils Barrellon

La sixième session du bac « nouvelle mouture » vous attend en juin. En France métropolitaine, en comptant les sujets de la session de septembre, il y a donc 10 sujets d’annales connus (voir tableau). Ainsi, se dégagent quelques grandes caractéristiques que je résume ci-dessous :

  • Il y a presque toujours un grand exercice qui vaut une dizaine de points regroupant beaucoup des thèmes étudiés pendant l’année dont les « incontournables » : en chimie la spectroscopie (RMN ou IR) et les dosages ; en physique la deuxième loi de Newton et les ondes.
  • Les analyses et la synthèse de documents scientifiques semblent être tombées dans les oubliettes ;
  • Les documents sont nombreux et ne « servent » pas toujours (ils contextualisent) toutefois, il convient de les lire intégralement. Une donnée importante y est parfois cachée !
  • Souvent, des minirésolutions de problèmes sont données et font appel à des notions « pas vraiment au programme ». Il faut réfléchir et utiliser les savoir-faire scientifiques de base. Ces petits problèmes sont souvent déstabilisants toutefois, si on ne cède pas à la panique, ils ne s’avèrent pas si difficiles que cela.  En croisant  donc les sujets tombés les années précédentes, voici ce qui pourrait tomber…

Thèmes probables

  • Un exercice sur la maison du futur, la domotique ou les nouvelles technologies serait idéal pour quelques questions autour du stockage de l’information : exemple 1, exemple 2, exemple 3. Cependant, cette partie du programme ne peut être le sujet d’un exercice en entier. Elle sera donc couplée avec une autre partie. Pourquoi pas les transferts de chaleur ? En effet, les préoccupations écologiques actuelles font apparaître des dispositifs qui permettent d’économiser de l’énergie. Repenchezvous donc sur la calorimétrie que vous devez maîtrise.
  • Un autre exercice sur la relativité restreinte du n’est pas à exclure car elle n’est pas sortie depuis longtemps ! Attention, veillez à bien identifier le temps propre (l’horloge située à côté de l’expérience) du temps mesuré (l’horloge n’est pas à côté de l’expérience). Entrainez-vous sur cet exemple  ou celui–là.
  • En chimie, c’est simple : il faut tout maîtriser car il y a de fortes chances pour que sorte un gros exercice dans lequel figurent simultanément la stéréoisomérie, la nomenclature des molécules organiques, les mécanismes réactionnels et la spectroscopie. Une deuxième partie sur les dosages et/ou la cinétique est envisageable.

Thèmes moins probables

  • La mécanique newtonienne qui est sortie dans tous les sujets depuis 3 ans. Cette partie n’est toutefois pas à négliger car c’est celle où la modélisation mathématique (et c’est aussi cela la physique) est la plus présente ?. Or, cette dernière « revient à la mode ». Il faut maîtriser les deux intégrations successives qui conduisent aux équations horaires du mouvement dans un champ uniforme, électrique ou de pesanteur : exemple 1exemple 2,  ou exemple 3.
  • Les ondes qui reviennent pourtant régulièrement dans les sujets du monde entier. Il vous faut connaître leurs caractéristiques et leurs propriétés (diffraction ; effet Doppler)

Pour les spécialistes

La résolution de problème me paraît inévitable. Exercice compliqué pour lequel vous ne devez surtout pas hésiter à « noircir » la feuille. La solution compte finalement moins que la méthode. Vous devez proposer des pistes de résolution, même si elles n’aboutissent pas, elles seront valorisées. Peu importe la partie qui sera choisie, les exercices sont toujours originaux et (un peu) déstabilisant. Une aide : les questions préliminaires sont là pour vous guider. Généralement, leurs réponses devront figurer dans votre résolution de problème. Trois exemples pour vous entraîner :

Comment réviser ?

Vos révisions doivent couvrir l’ensemble du programme. Une bonne session commence par une vérification des connaissances : maîtrisez-vous les formules ? Connaissez-vous les définitions ? Pour cela ne pas hésiter à se servir des quiz. Puis, faites un, deux ou trois petits exercices pour vous chauffer avant de finir par des annales corrigées.

Pour les plus costauds, il est intéressant de se confronter aux sujets de concours. Ils abordent tous les thèmes et sont donc très complets. Essayez par exemple celui de 2015 en physique.

Quelques conseils de bon sens…

  • Calculatrice et mode examen : Apprenez BIEN VOS DFINITIONS ! N’hésitez pas à réaliser des minisynthèses des grands phénomènes physiques vus cette année (effet doppler, interférences, titrage…) que vous pouvez apprendre par cœur pour ne pas perdre de temps à chercher vos mots si une question s’y rapportait.
  • Munissezvous d’une montre ou horloge à poser bien en évidence sur son bureau pendant l’épreuve. Il faut savoir gérer son temps efficacement. L’épreuve est notée sur 20 et durera 210 minutes. Veillez à respecter le temps de 210/20 ≈ 10 minutes par point. Il faudra donc prévoir environ 50 minutes pour un exercice noté sur 5… Et s’y tenir. Vous devez avoir lu et tenté de répondre À TOUTES les questions à la fin du temps imparti.
  • Soignez la présentation. Après 80 copies, un correcteur sera moins indulgent avec une copie sale ou illisible… Croyezen un… correcteur ;-)
  • Pensez à « garder les lettres » jusqu’au résultat final (expression littérale dont vous pouvez vérifier rapidement l’homogénéité à l’aide d’une équation aux dimensions sur un coin de brouillon. voir cidessous) puis à faire l’application numérique. Je vous conseille de faire cette AN une première fois. D’effacer l’écran de votre calculatrice, de refaire l’AN une seconde fois : si vous trouvez les mêmes résultats on peut penser que c’est ok. Sinon, recommencer !
  • Penser aux unités et aux chiffres significatifs  lorsque vous écrivez vos résultats. Essayez si possible s’en évaluer la cohérence (si vous trouvez par exemple qu’une pomme a une masse de 2 tonnes, qu’Usain Bolt court à plus de 300 km.h1 il faut s’en étonner ;)).
  • Contentezvous de répondre aux questions posées sans oublier de vous justifier (ne rajoutez rien qui ne vous est pas demandé : si, par malheur, ce que vous rajoutez est faux, cela pourrait bien vous coûter des points même si votre réponse est juste car cela prouve que vous n’avez pas bien compris). Inscrivez bien le numéro de la question, rien n’est plus désagréable pour un correcteur que d’avoir à chercher à quelle question se rapporte votre réponse !
  • Ne faites AUCUNE impasse dans vos révisions. Tout est susceptible de sortir.

Exemple d’analyse dimensionnelle

Vous trouvez que la période d’un pendule est :

Oups ! Une période ne se mesure pas en s-1 c'est-à-dire en Hz… Vous vous êtes trompés ! Vérifiez vos calculs J