Analyser un texte d’idées

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re Générale - 1re ST2S - 1re STI2D - 1re STL - 1re STMG | Thème(s) : La littérature d'idées : histoire littéraire et outils d’analyse


L’analyse d’un texte d’idées suppose qu’on ait préalablement identifié le type d’argumentation, directe ou indirecte, dont il relève. Dans tous les cas, il convient de porter une attention particulière aux marqueurs logiques, énonciatifs et stylistiques.

Étape 1 Identifier le schéma argumentatif

1 Repérer les articulations logiques

Relevez les connecteurs qui marquent les articulations de la pensée ; identifiez la valeur éventuelle de la ponctuation (les deux-points révèlent par exemple un rapport de cause à conséquence).

Prêtez attention aux adverbes qui marquent la progression du discours (d’abord, ainsi, finalement…).

Dans le cas de l’argumentation indirecte, cherchez à dégager la part narrative de la part discursive, qui transparaît dans les commentaires et l’énoncé éventuel d’une leçon par l’auteur.

2 Dégager la thèse défendue

Si la thèse est explicite, il faut situer précisément dans le texte le passage où elle apparaît et la reformuler de manière à montrer qu’on l’a bien comprise.

Si la thèse est implicite, il s’agit de la formuler avec ses propres mots à partir des arguments donnés dans le corps du texte.

3 Identifier la stratégie argumentative

Le repérage des types d’arguments mobilisés permet de préciser l’angle d’attaque privilégié par le locuteur :

05284_C02_01

La démarche d’ensemble peut choisir de privilégier l’adhésion du destinataire par la raison ou les sentiments ou l’inviter à mettre en balance plusieurs points de vue.

Formes subjectives, l’éloge et le blâme doivent conduire à construire une image du locuteur et des valeurs auxquelles il adhère autant que de la personne visée.

Étape 2 Étudier la situation d’énonciation

1 Du côté du locuteur

Il faut observer comment se manifeste celui qui soutient sa thèse. Cela revient à étudier les marques de présence de la première personne, à travers les pronoms et les déterminants possessifs.

Il convient également de chercher la présence de la modalité exclamative, des marques de jugement, des termes modalisateurs.

2 Du côté du destinataire

Conseil

Le lecteur peut être désigné par le pronom de la deuxième personne mais il peut également se trouver inclus dans un nous ou un on.

On peut déterminer l’identité et le rôle de l’interlocuteur (simple auditeur ou lecteur, adversaire, complice) et porter attention à la manière dont il est présenté, interpelé, cité.

Demandez-vous si le lecteur est présent dans le texte, sous quelle forme et dans quel but.

Étape 3 Étudier le lexique et les procédés stylistiques

1 Le lexique

Observez les champs lexicaux et les liens qui les unissent.

Conseil

Soyez également attentif à la typographie qui signale l’importance d’un mot avec les lettres capitales ou l’italique, l’ironie avec des guillemets.

Identifiez les connotations (lexique évaluatif, appréciatif).

Déterminez la tonalité du texte (comique, satirique, polémique, lyrique…) et les procédés d’expression qui la soutiennent.

2 Les procédés stylistiques

Répertoriez les figures de style et cherchez à interpréter leur rôle dans l’argumentation :

– figures d’insistance (répétition, parallélisme, énumération, gradation, prétérition) ;

– figures d’exagération (hyperbole) ;

– images (comparaison, métaphore).

Détectez la présence possible d’ironie et envisagez-en les effets sur la lecture.