Aspects énergétiques d’un mouvement dans un champ uniforme

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle Générale | Thème(s) : Lien entre les actions appliquées à un système et son mouvement


Le poids et la force électrique qui interviennent dans les champs de pesanteur et électrique ont des actions similaires et les bilans énergétiques pour le système en mouvement se ressemblent.

I Poids et force électrique : des forces conservatives

Travail du poids (rappel de 1re). Lorsqu’un système de masse m passe d’un point A d’altitude zA à un point B d’altitude zB, le travail du poids est :

WAB(P) = mg (zAzB). Ce travail ne dépend pas du chemin suivi. Il correspond à l’opposé de la variation de l’énergie potentielle de pesanteur :

WAB(P)=ΔEPP. Le poids est une force conservative.

Travail de la force électrique. Lorsqu’une particule de charge q passe d’un point A à un point B entre lesquels il existe une tension UAB, le travail de la force électrique est : WAB(F) = q UAB = q (VAVB).

VA et VB sont les potentiels des points A et B. Ce travail ne dépend pas du chemin suivi. Il correspond à l’opposé de la variation de l’énergie potentielle électrique de la particule :

WAB(F)=ΔEPE. La force électrique est une force conservative.

06466_C09_07

II Conséquence : conservation de l’énergie mécanique

Mouvement dans un champ de pesanteur uniforme (rappel de 1re). Dans le cas d’une chute libre dans le champ de pesanteur entre deux points A et B, le poids P est la seule force qui s’exerce sur le système. D’après le théorème de l’énergie cinétique : ∆EC = WAB(P) = −∆EPP.

Donc la variation de l’énergie mécanique vaut :

ΔEM=ΔEC+ΔEPP=0 (énergie mécanique conservée)

Mouvement dans un champ électrique uniforme. Dans le cas d’un mouvement dans le champ électrique entre deux points A et B, si la force électrique F est la seule force qui s’exerce sur la particule, alors :

EC = WAB(F) = −∆EPE. Donc la variation de l’énergie mécanique vaut :

EM = ∆EC + ∆EPE = 0 (énergie mécanique conservée).

06466_C09_08

Cas d’un système dont l’énergie potentielle diminue au profit de l’énergie cinétique : sa vitesse augmente.

Méthode

Exploiter la conservation de l’énergie mécanique

Dans un canon à électrons, un électron pénètre au point A dans un champ électrique uniforme d’un condensateur plan soumis à une tension électrique UPN.

On considère que l’électron n’est soumis qu’à la force électrique qui l’accélère entre A et B.

Sa vitesse en A est négligeable devant celle en B.

Données :

masse de l’électron : m = 9,11 × 1031 kg ;

charge de l’électron : q = − e = −1,60 × 1019 C ;

tension : UPN = 7,50 × 102 V.

06466_C09_09

a. Écrire le théorème de l’énergie cinétique pour le déplacement de l’électron entre A et B.

b. Comment évolue l’énergie mécanique de l’électron pendant son déplacement ?

c. En déduire la valeur de la vitesse de l’électron au point B.

Conseils

a. Vous devez connaître l’expression du travail de la force électrique.

b. La force électrique est-elle conservative ?

c. Utilisez la conservation de l’énergie mécanique et développer l’expression de l’énergie cinétique pour faire apparaître la vitesse.

Solution

a. En considérant que seule la force électrique agit sur l’électron, la variation d’énergie cinétique de l’électron est égale au travail de cette force entre A et B :

EC = WAB(F) = qUAB = − eUAB (UAB est la tension électrique entre A et B).

b. L’électron n’est soumis qu’à la force électrique dont le travail ne dépend pas du chemin suivi mais seulement de la position de A et B : c’est donc une force conservative. Donc son énergie mécanique se conserve : elle reste constante.

c. La conservation de l’énergie mécanique s’écrit : EM(A) = EM(B).

Soit : ∆EM = EM(B) − EM(A) = 0.

Or, EM = ECEPE donc : ∆EM = ∆EC + ∆EPE = 12mvB212mvA2 + ∆EPE

avec vA = 0 et ∆EPE = −WAB(F) = + eUAB = − eUPN

EM = 12mvB2 − eUPN = 0, on en déduit que v2=2eUPNm, soit v=2eUPNm.

Application numérique : v=2×1,60×1019×7,50×1029,11×1031= 1,62 × 107 m · s1.