Fiche de révision

Aux origines du théâtre

Contenu
 

A La tragédie grecque

15845_P1_F5_IM1_HD

Vestiges d'un théâtre antique

Les origines du théâtre remontent aux Grecs. La représentation théâtrale s'inscrit dans le cadre de fêtes religieuses dédiées à Dionysos, dieu de la vigne et du vin et par là-même de la démesure que l'ivresse entraîne.

En Grèce, le théâtre est avant tout un espace dédié : le lieu est construit en hémicycle avec une scène centrale et des gradins qui permettent aux spectateurs d'assister à la représentation.

Les interprétations sont toujours faites par des hommes qui portent des masques. Cela leur permet de jouer aussi bien des rôles masculins que féminins.

Le théâtre met toujours en scène des personnages qui ne peuvent rien changer à leur destin : ils sont victimes des intrigues des dieux qui, à travers eux, règlent leurs propres comptes. Les personnages peuvent aussi être victimes d'une malédiction plus lointaine qui a frappé leur famille ou un de leurs ancêtres, leur interdisant toute initiative personnelle.

À savoir

La tragédie doit avoir un effet sur le spectateur : c'est la catharsis (purgation des passions). Devant les drames humains qui sont représentés, le spectateur doit se sentir meilleur dans son rôle de citoyen et d'être humain. Son cœur et son esprit sont alors comme nettoyés devant la représentation et les émotions ressenties.

Les héros sont d'ascendance noble et l'histoire de leur famille est souvent tragique. Le cadre de l'histoire est luxueux et témoigne des origines des personnages : palais…

L'apogée du théâtre grec se situe au Ve siècle avant J.-C. Trois grandes personnalités se détachent dans l'histoire de la tragédie et en montrent bien l'évolution. Il s'agit :

d'Eschyle (525-456 av. J. -C.) qui montre l'influence des dieux et l'importance de leur rôle dans les conflits humains ;

de Sophocle (496-406 av. J.-C.) qui marque une véritable évolution quelques années plus tard dans la perception du rôle des dieux : ses pièces montrent la prise d'indépendance des hommes par rapport aux dieux. C'est donc un changement de dimension de la place de l'homme mortel face à la volonté des dieux : il témoigne désormais de son indépendance et de sa liberté de choix ;

d'Euripide (480-406 av. J.-C.), contemporain de Sophocle, qui libère l'homme de l'emprise des dieux, et donne un autre sens à la notion de choix et de responsabilité. Ce sont les passions qui animent les hommes et qui les conduisent aux situations qu'ils doivent affronter : ils sont désormais responsables de leur situation et de leurs choix.

#vidéo

Les grands mythes, série documentaire diffusée sur Arte

foucherconnect.fr/20pbpro183

B Le théâtre comique

Le théâtre comique apparaît chez les Romains au IIIe siècle av. J. -C. La grande figure de ce nouveau genre est Plaute. Il met en scène une tout autre population et des situations très différentes de celles qui étaient jusque-là mises en scène. Les personnages sont essentiellement des esclaves et des maîtres qui se confrontent dans des événements de la vie quotidienne ou encore le vieillard avare, la jeune femme frivole… On abandonne ici les grands principes de la tragédie grecque. L'univers social est profondément modifié, mettant en scène non plus des classes sociales élevées, mais des milieux simples.

Les spectateurs se retrouvent dans ces descriptions ou plus précisément ils retrouvent des caractères qu'ils côtoient ; ainsi Plaute dessine déjà les personnages qui feront la richesse du théâtre du théâtre classique, notamment à travers les pièces de Molière. Ce sont des personnages au caractère simple qui représentent un type de population et qui, la plupart du temps, montrent un défaut. Les intrigues reposent sur le rire.

C La farce au Moyen Âge

Même si le patrimoine grec ou romain semble avoir disparu au Moyen Âge, il se renouvelle sous d'autres formes. Ainsi la religion est un support à ces représentations qui mettent en scène les grands mystères du dogme chrétien : la représentation de la Nativité ou de la Passion du Christ. La tradition comique se maintient sous la forme de farces : il s'agit de pièces courtes à l'intrigue simple et dotées d'un effet de chute. Si leur trame est connue, elles peuvent changer en fonction de l'inspiration des interprètes.

#texte

La Farce de Maître Pierre Pathelin, 1464

foucherconnect.fr/20pbpro184

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner