Baroque et classicisme

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : La phrase, le texte, le discours - Les mouvements littéraires
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Baroque et classicisme

FB_Bac_98608_Fra1_TT_006

6

27

2

Présentés comme opposés, le baroque et le classicisme sont deux mouvements culturels du XVIIe siècle qui touchent la littérature et les autres domaines artistiques.

1Le baroque

Le baroque se développe, de la fin du xvie siècle jusqu’au second tiers du xviie siècle, sur fond de guerres de religion et de Contre-réforme.

info Initiée par le concile de Trente (1542-1563), la Contre-réforme marque le renouveau spirituel d’un catholicisme contesté par la Réforme protestante.

APrincipales caractéristiques

 Le baroque se caractérise par l’exubérance des formes, le mouvement, les métamorphoses, les jeux de miroir. Avec un arrière-plan pessimiste : la mort est toujours présente, le monde est inconstance et illusion.

 En littérature, le baroque s’exprime principalement dans le théâtre et la poésie. Les effets de théâtre dans le théâtre sont privilégiés par Corneille (L’Illusion comique). En poésie, les sonnets de Chassignet (Mépris de la vie et consolation contre la Mort) allient esthétique baroque et appel à la spiritualité.

BPréciosité et burlesque

La préciosité et le burlesque sont deux déclinaisons antagonistes du mouvement. La littérature précieuse s’éloigne du réel en utilisant un langage raffiné. La littérature burlesque se rapproche du réel qu’elle dépeint dans un registre satirique (Scarron, Le Roman comique).

2Le classicisme

On fait démarrer le classicisme avec le début du règne personnel de Louis XIV (1661). Il se clôt avec la Querelle des Anciens et des Modernes (les Anciens sont pour l’imitation des modèles antiques, les Modernes sont contre), à la fin du xviie siècle.

APrincipales caractéristiques

 Le classicisme se caractérise par la recherche de l’unité et de l’harmoniedesformes ; les œuvres reflètent une beauté universelle et intemporelle, que le siècle aurait atteinte sous le règne de Louis XIV.

 Cet idéal concerne tous les domaines y compris la langue qui doit être élégante, et débarrassée de tous les jargons, celui des médecins comme celui des précieux, objets de moquerie chez Molière. L’honnête homme, homme d’esprit, poli et mesuré, est porteur des valeurs du classicisme.


citation « La parfaite raison fuit toute extrémité/Et veut que l’on soit sage avec sobriété. » Molière, 1666

BUne visée morale

La visée de l’écrivain est souvent morale. Il faut plaire et instruire (en latin : placere et docere).

 Ainsi la tragédie purifie (catharsis) les passions, la comédie corrige les vices des hommes (>fiche23), les fables délivrent une leçon.

 Les moralistes, par leurs portraits (La Bruyère, Les Caractères, 1687) et leurs maximes (La Rochefoucauld Maximes, 1664) mais aussi les romanciers (Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678) poursuivent le même objectif.

3Baroque et classicisme

Le classicisme succède au baroque, mais les frontières entre les deux mouvements ne sont pas toujours faciles à déceler.

 L’œuvre d’un même auteur a pu traverser les deux mouvements. Les premières pièces de Corneille, jusqu’au Cid (1637), relèvent du baroque, ses tragédies (Horace, 1640 ; Cinna¸ 1642), appartiennent déjà au classicisme.

 Parfois classicisme et baroque se mêlent dans une même œuvre. Ainsi le Dom Juan (1665) de Molière se joue de l’unité de temps, transgresse celle de lieu, accumule les péripéties et fait appel au surnaturel.

Conclure

Le baroque exprime une inquiétude face aux désordres du monde. Les valeurs qui définissent le classicisme dessinent un ordre esthétique et un idéal moral visant la permanence et l’universalité. Certaines œuvres mêlent les deux influences.

>>