Choix d’une alimentation dans une perspective de développement durable

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ES - 1re L | Thème(s) : Vers une agriculture durable
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Choix d’une alimentation dans?une?perspective de?développement durable
 
 

FB_Bac_98620_Sci1_LES_021

21

55

4

Nourrir l’humanité est un défi majeur qui ne pourra être relevé sans une perspective de développement durable. Le choix des pratiques agricoles doit donc prendre en compte leur coût énergétique et leur impact environnemental.

1Le rendement de la production dans les agrosystèmes

Dans les agrosystèmes, la production végétale est à la base de la production de matière des animaux d’élevage et d’une partie de la production humaine car les végétaux font partie de nos aliments.

Cette succession d’êtres vivants dans laquelle chaque individu mange celui qui le précède constitue une chaîne alimentaire.

Un transfert de matière et d’énergie se réalise tout au long d’une chaîne alimentaire, depuis les végétaux chlorophylliens jusqu’aux différents consommateurs. Ce transfert est évalué par le calcul du rendement (R) de la production d’un maillon de chaîne alimentaire?:

Ce rendement est généralement faible, environ 15 % pour une vache (doc.1) car une partie de la matière ingérée est dégradée par la respiration et rejetée par les excréments.

Doc. 1 Flux d’énergie et de matière dans un agrosystème.

(Les masses sont exprimées en g de matière sèche · m–2 · an–1 et les valeurs énergétiques en kJ · m–2 · an–1.)


 

La masse de matière produite par un consommateur est donc très inférieure à la masse de matière qu’il a ingérée. La production dematière animale nécessite ainsi une importante production végétale (environ 35 à 40 kg d’herbe fraîche sont nécessaires pour faire 1 kg de viande).

2Les impacts écologiques de l’alimentation

Afin d’augmenter la production des agrosystèmes, l’Homme a besoin d’énergie, à la fois :

– pour les pratiques culturales (labours, récolte…) ou d’élevage (fabrication d’ensilage…) ;

– pour l’apport en eau (irrigation), la fabrication et l’épandage des engrais, des produits phytosanitaires…

Plus l’Homme « injecte » d’énergie dans un agrosystème, moins le rendement énergétique global (rapport entre énergie produite et énergie consommée) est intéressant.

La production animale nécessitant une importante production végétale, son bilan global de matière et d’énergie est encore plus défavorable pour l’environnement.

Ainsi, consommer de la viande ou un produit végétal n’a pas le même impact écologique. Par exemple, la production d’un kilogramme de viande :

– utilise la même énergie et la même surface de terre que la production de 160 kg de pommes de terre ;

– engendre près de 80 fois plus de gaz à effet de serre que la production d’un kilogramme de blé ;

– nécessite 15 500 litres d’eau contre 900 litres pour un kilogramme de pommes de terre.

Cette prise en compte de l’impact écologique des productions agricoles conditionne donc le choix d’une alimentation d’origine animale ou végétale dans une perspective de développement durable.