Conflit et changement social

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Intégration, conflit, changement social
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Conflit et changement social

FB_Bac_98606_SesT_ES_038

38

87

6

Les conflits, longtemps considérés comme source de changement social, sont-ils aujourd’hui l’expression d’une résistance au changement social ?


citation « Homme libre et esclave, patricien et plébéien, baron et serf, maître de jurande et compagnon, bref oppresseurs et opprimés, en opposition constante, ont mené une lutte ininterrompue, tantôt ouverte, tantôt dissimulée. » K. Marx, 1848

1Le conflit de classe au XIXe siècle

 Pour Karl Marx, le conflit fait partie de la vie sociale et traduit toujours une divergence profonde d’intérêts entre une classe dirigeante et une classe opprimée. Il est le moteur principal des changements sociaux.

 Les conflits du travail au xixe siècle sont nombreux et sont à l’origine de la construction du mouvement ouvrier ainsi que de l’apparition des premiers syndicats (groupements professionnels ayant pour objet la défense matérielle de leurs membres). Les grèves et manifestations ont fait évoluer la législation du travail et permis des avancées sociales : reconnaissance du droit de grève (1864) et du syndicalisme (1884), repos hebdomadaire obligatoire (1906)…

2Le conflit, source de changement social

 Il y a conflit lorsque les relations entre acteurs sont bloquées. La rupture des relations habituelles entre ces acteurs met en évidence la nécessité de résoudre un problème et sa résolution peut être source de changement bénéfique à tous les acteurs (jeu à somme positive). Le conflit est alors structurant.

 Le conflit social, dont l’enjeu concerne la collectivité tout entière, exprime une opposition parfois violente entre acteurs sociaux. L’histoire du mouvement ouvrier auxxesiècle montre que des avancées importantes de la législation française du travail ont fait suite à des conflits sociaux de grande ampleur :

– loi sur les congés payés et la semaine de 40 heures (accords de Matignon en 1936) ;

– ordonnances sur les comités d’entreprise, loi sur la Sécurité sociale, les allocations familiales et les délégués du personnel (1945-1947) ;

– hausse du smic et reconnaissance légale des syndicats d’entreprise (accords de Grenelle en 1968).

 Progressivement, les conflits sociaux ont été institutionnalisés et pacifiés par des instances et des procédures ayant permis un règlement plus facile : syndicats, droit du travail…

3Le conflit, facteur de résistance aux changements sociaux

ALe changement social peut générer des conflits

 Quand le changement social génère des conflits, on dit que ce conflit est conservateur car il cherche à empêcher des modifications de comportements, de normes et de valeurs. C’est donc l’expression d’une résistance des individus au changement social. Il s’agit souvent d’un conflit corporatiste qui cherche à défendre des intérêts d’une profession au détriment des autres.

 Dans l’entreprise, la conflictualité traduit la plupart du temps la difficulté du management à mobiliser les acteurs vers le changement. Il s’agit alors de gérer le facteur humain et d’aboutir à un compromis entre l’efficacité (objectifs), l’efficience (moyens) et le sens des changements.

BUne conflictualité résistante ?

 La résistance au changement social n’est pas toujours conservatrice. Il peut y avoir résistance à un changement de la législation du travail qui se traduit par un recul des acquis sociaux.

 Les conflits expriment souvent une remise en cause du pouvoir et un manque de démocratie, qui ne sont pas uniquement de l’ordre d’une résistance au changement. La révolte des « Bonnets rouges » en Bretagne (2013-2014) portait aussi sur l’insuffisance de dialogue social avec l’État.

Conclure

La théorie marxiste a placé le conflit au centre de son analyse du changement social : il en est le moteur. Aujourd’hui, le conflit est à la fois source de changement social et expression d’une résistance à celui-ci.

>>