Contracter un texte

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ST2S - 1re STI2D - 1re STL - 1re STMG | Thème(s) : Contracter un texte et rédiger un essai


La contraction consiste à résumer et reformuler un texte argumentatif, « en en respectant l’énonciation, la thèse, la composition et le mouvement » (BO n° 17 du 25 avril 2019). Consacrez environ 2 heures à cet exercice lors de l’épreuve écrite.

I Lire et comprendre le texte

1 Lire le texte

Lisez d’abord le paratexte (chapeau introducteur et références du texte) : il contient des informations importantes pour comprendre l’extrait proposé.

Lisez une première fois le texte sans rien noter. Puis relisez-le, un crayon à la main : soulignez les mots clés, encadrez les connecteurs logiques.

Lisez une troisième fois le texte, en vous arrêtant sur les passages que vous ne comprenez pas. Analysez la construction des phrases qui présentent une difficulté. Si le sens d’un mot vous échappe, essayez de le déduire grâce au contexte.

2 Faire le point

À l’aide du paratexte, identifiez clairement la situation d’énonciation : qui parle, à qui, et dans quel contexte ? Notez ces informations sur votre brouillon.

Identifiez les marques de l’énonciation : le locuteur dit-il « je » ou « nous » ? ou parle-t-il de façon neutre sans s’impliquer ? S’adresse-t-il directement à quelqu’un ? Fait-il référence à des personnes ou des événements particuliers ? Cite-t-il les propos de quelqu’un d’autre (repérez les guillemets) ?

Identifiez la thèse du texte : c’est l’idée défendue par le locuteur. Elle peut être formulée explicitement ou rester implicite (dans ce cas, formulez-la clairement).

II Retenir l’essentiel

Surlignez les mots-clés (un ou deux par paragraphe) et recopiez-les au brouillon.

Soulignez les arguments : ce sont les idées abstraites qui servent à justifier la thèse. Ils devront tous apparaître dans votre résumé.

CONSEIL

Les exemples les moins significatifs du texte pourront être éliminés de votre contraction.

Mettez les exemples entre crochets : ce sont les éléments concrets qui viennent illustrer la thèse ou les arguments, ils devront être contractés au maximum.

En vous appuyant sur votre repérage des connecteurs logiques, des arguments et des exemples, mais aussi sur la mise en page et notamment les paragraphes, établissez le plan du texte, en reprenant, dans l’ordre, ses idées principales. Ce plan doit contenir les mots-clés que vous avez repérés.

III Rédiger la contraction

1 Se détacher du texte

Cachez le texte pour ne pas être tenté de recopier des morceaux de phrases. Il est important d’utiliser vos propres mots. Seuls les mots-clés doivent être repris.

Utilisez votre plan du texte pour reformuler au brouillon la pensée du locuteur, en conservant toutes les idées essentielles et en respectant l’ordre du texte.

Vous devez conserver les marques d’énonciation du texte : si l’auteur dit « je », dites « je ». Si l’auteur ne marque pas sa présence dans son texte, restez neutre. N’écrivez jamais : « L’auteur dit que ».

2 Revenir au texte et finaliser la rédaction

CONSEIL

Avant l’épreuve, déterminez le nombre de mots que vous écrivez par ligne, en moyenne, dans une copie d’examen. Vous passerez moins de temps à compter vos mots le jour J.

Comptez le nombre de mots et ajustez votre résumé en fonction. Reprenez le texte et vérifiez que votre contraction est complète et fidèle au propos de l’auteur.

Recopiez au propre la version finale de votre contraction, en veillant à ce que chaque phrase soit claire et bien construite.

Relisez-vous attentivement pour éliminer les fautes d’orthographe.

Zoom

Un exemple d’analyse de paragraphe

Nos mœurs diffèrent, c’est un fait, et l’heure n’est plus au déni. Comment s’en accommoder ? Telle est la question qui est devant nous. La tolérance est à repenser, en tant qu’elle concerne les mœurs, au moins autant que les croyances. Les Lumières ont reformulé décisivement le rapport à la croyance, mais le rapport aux mœurs étrangères est un chantier qui nous incombe, car nous sommes entrés en contact avec elles. Ce que les philosophes du xviiie siècle n’ont pu qu’entrevoir, à titre d’hypothèse et de jeu d’esprit, est devenu une réalité quotidienne dans les métropoles occidentales. [On ne se demande plus en riant : « Comment peut-on être Persan ?1 », on s’inquiète sérieusement de savoir comment on peut rester Français à Paris extra muros, Britannique à Londres ou Belge à Molenbeek.]

Claude Habib, Comment peut-on être tolérant ? (Chapitre 1), Desclée de Brouwer, 2019.


Légende : mots-clés • thèse • argument • [exemple]