Contre la démocratie : les régimes autoritaires

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re Générale | Thème(s) : Caractéristiques et évolutions des démocraties
 

Les régimes autoritaires se distinguent des démocraties par un refus de l’expression de désaccords politiques en leur sein. Leurs caractéristiques s’opposent ainsi à celles des démocraties. Cependant, il faut distinguer plusieurs types de régime autoritaire.

I Les caractéristiques d’un régime autoritaire

1 Un pluralisme politique limité

Si le pouvoir constitue toujours une autorité, dans les démocraties celle-ci est limitée et contrôlée par le pluralisme politique et la séparation des pouvoirs. Les régimes autoritaires se caractérisent par une forme de gouvernement interdisant l’expression publique de désaccords. On parle d’autoritarisme.

Dans ce cadre, le pouvoir des gouvernants ne peut être remis en cause par des alternances politiques régulières. Quand il existe, le pluralisme est très limité. Certains régimes organisent ainsi des élections truquées ou mettent en place un système de parti unique, comme l’Espagne franquiste.

2 Des libertés restreintes

mot clé

Le contrôle de la vie politique signifie la mainmise des structures étatiques, la censure des médias ainsi que la surveillance de la population.

Dans les régimes autoritaires, les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire sont peu, mal ou pas séparés, et aux mains d’une minorité. Peut s’exercer alors un contrôle étroit de la vie politique. La liberté d’opinion et d’expression se trouve restreinte, autorisée dans certains domaines seulement comme la religion ou la culture.

Du fait de l’absence d’institutions pouvant servir d’intermédiaires, le pouvoir a recours à la violence politique face aux contestations. Lors des « printemps arabes » de 2011, les régimes autoritaires ont ainsi utilisé la force armée et la répression face aux manifestations populaires, notamment en Égypte.

II Les différents types de régime autoritaire

1 L’autoritarisme traditionnel

L’autoritarisme traditionnel se retrouve dans les monarchies absolues. Celles-ci s’organisent autour de la personne du roi qui bénéficie d’une légitimité « naturelle » et dispose de presque tous les pouvoirs. Ce fut le cas en France sous l’Ancien Régime. Aujourd’hui, cette forme d’autoritarisme est en vigueur en ­Arabie saoudite, et plus généralement dans les monarchies du Golfe.

Les dictatures constituent également des régimes autoritaires traditionnels au sein desquels le pouvoir n’est pas partagé. L’une des différences avec les monarchies absolues tient au fait que l’accession au pouvoir du dictateur est le plus souvent le résultat d’un coup d’État, à l’instar de celui du général Pinochet en 1973 au Chili.

2 L’autoritarisme populaire

Dans l’autoritarisme populaire, le pouvoir n’a en fait pas de véritable légitimité populaire, mais il définit sa principale finalité comme le « bien du peuple ». On retrouve cet autoritarisme avec le « despotisme éclairé » qui cherche à moderniser un pays pour améliorer le sort de sa population. C’est le cas de Frédéric II de Prusse au xviiie siècle, ou d’Habib Bourguiba en Tunisie dans la seconde moitié du xxe siècle.

mot clé

Un plébiscite est une forme de référendum consistant à faire confirmer par le peuple une décision prise par le pouvoir exécutif.

Le bonapartisme constitue une autre forme d’autoritarisme populaire. À l’image de ­Napoléon Bonaparte après 1799, il est incarné par un leader charismatique qui prend le pouvoir par la force et s’appuie sur le peuple par des plébiscites. Le ­Venezuela dirigé par Hugo Chavez au début du xxie siècle est très proche du bonapartisme.

Zoom

L’indice de démocratie (2019)

Rang

Pays

Score général

Catégorie

1

Norvège

9,87

Démocratie pleine

20

Costa Rica

8,07

Démocratie pleine

21

Corée du Sud

8

Démocratie imparfaite

29

France

7,8

Démocratie imparfaite

76

Albanie

5,98

Régime hybride

114

Irak

4,06

Régime hybride

115

Jordanie

3,93

Régime autoritaire

167

Corée du Nord

1,08

Régime autoritaire

Source : The Economist Intelligence Unit

Un consortium de médias mené par le journal britannique The Economist calcule, depuis 2006, un indice de démocratie. Cet indice prend en compte cinq types de données : processus électoraux et pluralisme, fonctionnement du gouvernement, participation à la politique, culture politique démocratique et libertés civiles.

L’indice, noté sur 10, permet de classer les pays en quatre groupes : les démocraties pleines, les démocraties imparfaites, les régimes hybrides, les régimes autoritaires, qui ont un indice inférieur à 4.