De Constantinople à Istanbul

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens à l'époque moderne
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
De Constantinople à Istanbul

FB_Bac_98613_Hge2_TT_015

15

39

4

Conquise par les Turcs ottomans, Constantinople retrouve sa position essentielle au sein d’un nouvel empire et devient un carrefour entre les cultures et les religions.

1La conquête d’Istanbul et ses lendemains

ADe Byzance à Istanbul

Byzance est une colonie grecque fondée au viie siècle av. J.-C. sur le Bosphore.

 En 330, l’empereur romain Constantin Ier crée Constantinople qui devient la capitale politique, religieuse et intellectuelle de l’Empire romain d’Orient (Empire byzantin). Sa richesse provoque l’admiration, puis la convoitise des croisés qui en font la capitale de l’Empire latin d’Orient (1204-1261).

 Au milieu du xive siècle, les Turcs ottomans, qui ont déjà pris possession de la totalité de l’Asie mineure, s’emparent de la péninsule des Balkans. Le 29 mai 1453, Constantinople tombe aux mains des Turcs ottomans conduits par Mehmed II. La chute de Constantinople marque la fin de l’Empire byzantin.

Istanbul devient (de 1453 à 1923) la capitale de l’Empire ottoman. Plusieurs sultans se succèdent à sa tête dont Mehmed II (1444-1481) et Soliman Ier le Magnifique (1520-1566).

BLe repeuplement de Constantinople par Mehmed II

La moitié de la population que comptait la ville avant la conquête a été massacrée, réduite en esclavage ou s’est enfuie.

Mehmed II proclame que les Grecs ayant fui les pillages pourront regagner leur domicile et pratiquer librement leur religion. Il déclare aussi dans tout l’Empire que ceux qui viendront s’installer à Istanbul bénéficieront d’habitations à titre gratuit.

 Mais ces mesures sont insuffisantes. L’ordre est donc donné de procéder dans chaque province à des déportations.

 25 ans après la conquête par les Turcs ottomans, la population d’Istanbul a doublé, atteignant 100 000 habitants.

CUne ville cosmopolite

 La diversité de la population d’Istanbul reflète celle de l’Empire : Turcs, Arméniens, Grecs, Arabes, Albanais…

Les ethnies se côtoient mais leur habitat est distinct. Le regroupement se fait en effet par ethnie et par religion autour des lieux de culte (mosquées, églises, synagogues).

Les minorités ne sont pas inquiétées.

2Istanbul, capitale d’Empire

AL’islamisation de la ville

La ville grecque devient peu à peu une ville turque. À l’époque de Soliman Ier, Istanbul est le cœur du monde musulman.

 Vers 1455, sous Mehmed II, la construction du palais de Topkapi commence. Ses successeurs multiplieront les pavillons, les cours et les jardins. La construction du harem débute sous Soliman Ier.

 Plusieurs églises sont transformées en mosquées comme la basiliqueSainte-Sophie.

 Dans chaque quartier, on trouve des bains publics gratuits, les hammams, et un marché qui assure l’approvisionnement des habitants même si le cœur commercial de la ville est le Grand Bazar.

BIstanbul, plaque tournante des échanges commerciaux

Istanbul est située au carrefour des voies maritimes et terrestres qui relient l’Europe, l’Asie et l’Afrique.

 Le marché intérieur de la ville est alimenté par des marchandises (agneaux des Balkans, dattes d’Égypte…) et des matières premières qui viennent de province (fer de Bulgarie, bois de charpente des monts du Taurus…). Ces produits font aussi l’objet d’un commerce avecl’Occident par le biais de marchands étrangers (Vénitiens, Français…).

 Ces derniers, qui s’approvisionnent aussi en produits venus d’­Extrême-Orient (musc, épices…), fournissent en retour à Istanbul de quoi répondre aux besoins d’une ville en expansion et d’une cour avide de luxe (miroirs de Venise…).

Conclure

La position stratégique d’Istanbul a fait de la ville un carrefour d’hommes, d’idées, de religions et de marchandises.

>>