Fiche de révision

De nouveaux types de conflits (2) : le Moyen-Orient

En bref Au centre d'enjeux à la fois politiques, religieux et économiques, le Moyen-Orient est l'une des principales zones de conflit dans le monde contemporain.

IUne région en proie à de multiples tensions

1 Une mosaïque culturelle et religieuse

Le Moyen-Orient brasse des populations diverses : Arabes, Turcs, Kurdes, Iraniens. De multiples communautés religieuses y cohabitent : juifs, chrétiens, musulmans divisés en une majorité sunnite et une minorité chiite.

Mots clés

Sunnisme et chiisme sont les deux branches principales de l'islam. Leur antagonisme religieux donne lieu à des affrontements violents depuis plus d'un millénaire.

2 Des tensions liées aux ressources naturelles

Le Moyen-Orient recèle 90 % des réserves connues d'hydrocarbures, ce qui représente un enjeu stratégique pour les grandes puissances.

L'inégale répartition des ressources en eau y est aussi un facteur de tensions.

3 Une instabilité politique

De nombreux litiges territoriaux persistent, comme le montrent la lutte des Palestiniens contre Israël et celle des Kurdes, dispersés entre la Turquie, l'Irak et la Syrie, pour obtenir la création d'un État-nation.

Depuis les années 1980, l'islamisme alimente des mouvements de contestation divers dans de nombreux États (Égypte, Syrie, Irak).

La concurrence entre sunnisme et chiisme se double de rivalités entre puissances, notamment entre l'Arabie saoudite, sunnite, et l'Iran, chiite.

IIDes conflits nombreux et multiformes

1 Le conflit israélo-palestinien

Les accords d'Oslo (13 septembre 1993) entre Israël et Palestiniens, signés sous la tutelle des États-Unis, ouvrent la voie à la création d'un État palestinien.

À partir de 2000, les Palestiniens se soulèvent à nouveau. Israël y répond par la construction d'un mur de 700 km isolant les territoires sous tutelle palestinienne. Les attentats-suicides palestiniens et les représailles militaires israéliennes (bombardements) maintiennent une situation de guerre larvée.

2 De la guerre du Golfe à la guerre d'Irak

En août 1990, Saddam Hussein, chef de l'État irakien, envahit le Koweït. En janvier-février 1991, l'ONU autorise l'intervention d'une coalition de 34 États sous commandement américain pour faire cesser cette occupation. La victoire militaire assure aux Américains une présence permanente au Moyen-Orient.

En 2003, les États-Unis lancent une nouvelle opération militaire pour renverser le régime irakien, accusé à tort de fabriquer des armes de destruction massive. La chute de Saddam Hussein n'entraîne pas de retour à la stabilité. Le désengagement des États-Unis (2011) laisse une situation de guerre civile entre sunnites et chiites.

3 De la guerre civile syrienne à la coalition internationale

En 2011, la Syrie sombre dans la guerre civile. Le régime syrien, soutenu par l'Iran et la Russie, se bat contre l'Armée syrienne libre (ASL) et contre l'opposition djihadiste, de plus en plus puissante et organisée.

Entre 2014 et 2019, une coalition de 22 pays reconquiert peu à peu les territoires contrôlés par les djihadistes de l'État islamique, à cheval sur la Syrie et l'Irak.

Zoom

Le Moyen-Orient, un territoire de conflits (depuis 2003)

07830_CH04_C_04

Pour lire la suite

Je m'abonne

Et j'accède à l'ensemble
des contenus du site