Définir un projet européen : de la CEE à l’Union européenne (1969‑1993)

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : Gouverner à l'échelle continentale : le projet d'une Europe politique depuis 1948
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Définir un projet européen : de la CEE à l’Union européenne (1969‑1993)

FB_Bac_98611_HisT_LES_038

38

85

2

(>dépliant,XIetXII)

Quelles sont les étapes qui permettent de passer d’un projet resté économique à une construction plus politique ?

1L’unification de l’Europe de l’Ouest

AUne communauté attractive

 En 1969, après le départ du général de Gaulle, l’arrivée au pouvoir de nouveaux dirigeants en France (Georges Pompidou) et en Allemagne (Willy Brandt) relance la construction et l’élargissement de l’Europe. Le 1er janvier 1973, le Royaume-Uni, l’Irlande et le Danemark intègrent la cee.

 La Grèce (1981), l’Espagne et le Portugal (1986), puis l’Autriche, la Suède et la Finlande (1995), rejoignent à leur tour la Communauté. Les candidatures se multiplient.

BL’approfondissement des institutions communautaires

 Le sommet de Paris (1974) décide la création d’un Conseil européen, composé des chefs d’État et de gouvernement, pour fixer les orientations des politiques communautaires. À partir de 1979, le Parlement européen est élu au suffrage universel direct, ce qui lui confère une autorité nouvelle.

 Les années 1980 marquent l’accélération de la construction européenne. François Mitterrand en France, Helmut Kohl en Allemagne et Jacques Delors, à la tête de la Commission européenne, entendent renforcer l’intégration des différents pays. En 1985, les accords de Schengen permettent la libre circulation des hommes entre les pays signataires (France, rfa et Benelux).

 Le 17 février 1986, l’Acte unique réforme les institutions de la cee, officialise le rôle dirigeant du Conseil européen, augmente le pouvoir de la Commission et du Parlement et étend très largement le vote à la majorité.

CUne construction inachevée

 Ces progrès de la dimension supranationale suscitent les réticences de certains pays, en particulier le Royaume-Uni. Son Premier ministre, Margaret Thatcher, est souverainiste. Elle obtient une forte réduction de la contribution financière de son pays au fonctionnement de la communauté.

 À la fin des années 1980, la cee reste une entité purement économique, sans dimension sociale et avec des institutions politiques faibles. Chaque État membre lui verse une contribution financière inférieure à 1 % de son pib.

2La nouvelle donne européenne : l’Europe de Maastricht

À partir de 1991, la fin de l’ordre bipolaire qui réglait les relations internationales depuis 1945 donne à la cee l’occasion d’imposer son indépendance et de se rapprocher de l’Europe de l’Est.

ALe traité de Maastricht

 Le 7 février 1992, le traité de Maastricht fonde l’Union européenne (ue) et prévoit l’instauration d’une monnaie unique en 1999.

 Il met en place un cadre plus politique pour l’intégration des différents pays : coopération en matière de politique étrangère et de sécurité commune (pesc) et en matière judiciaire et pénale, création du statut de citoyen européen. Celui-ci permet de résider librement dans la communauté, de voter et d’être élu pour les élections européennes et municipales dans l’État de résidence.

BLes limites et les obstacles à Maastricht

 Après avoir rejeté le traité, les Danois en obtiennent un remaniement afin de rester dans l’ue. Les Français ne l’adoptent qu’à une faible majorité (51 %), et il n’entre en vigueur que le 1er novembre 1993.

 Le manque de transparence des procédures qui requièrent souvent l’unanimité aboutit à des marchandages voire des pressions entre États membres.

Conclure

L’élargissement de la communauté européenne et l’approfondissement de ses institutions mettent en place un projet original. Ni Europe des États, ni Europe fédérale, l’UE ressemble à une « fédération d’États-nations » (J. Delors). Néanmoins, à mesure qu’elle s’élargit et se complexifie, elle rencontre un certain nombre de résistances.

>>