Démographie et épargne :
le modèle du cycle de vie

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Économie et démographie
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Démographie et épargne :
le modèle du cycle de vie

FB_Bac_98602_EcoT_ES_004

4

15

2

(>dépliant,I)

Quels sont les effets de la démographie sur l’épargne ?

1Épargne et démographie

ALe rôle de l’épargne dans l’économie

chiffre clé En 2013, l’épargne des ménages français représente 15,1 % de leur revenu.

 L’épargne*, d’un point de vue économique, représente la partie du revenu qui n’est pas consacrée à la consommation.

 Pour les keynésiens, une épargne trop élevée ralentit la croissance économique.

 Pour les libéraux, l’épargne a des effets positifs sur la croissance.

BLes déterminants de l’épargne

Le taux d’intérêt et le revenu sont des déterminants essentiels de l’épargne.

 Le taux d’intérêt représente la rémunération de l’épargne placée sur le marché financier*. Ainsi, quand le taux d’intérêt augmente, les ménages ont tendance à accroître leur épargne.

 Pour Keynes, lorsque le revenu augmente, l’épargne est plus élevée : c’est la « loi psychologique fondamentale ».

 Les comportements d’épargne varient également selon l’âge. C’est la théorie du cycle de vie*, présentée par l’économiste américain Modigliani. Les individus sont jeunes, s’endettent, puis épargnent durant leur vie active, et ils utilisent cette épargne à l’âge de la retraite (et entrent alors dans un processus de désépargne).



Analyse keynésienne


Analyse néoclassique


Rôle de l’épargne


Frein à la croissance.


Favorise la croissance.


Déterminant de l’épargne


L’épargne est déterminée par le revenu courant de l’individu.


L’épargne dépend du taux d’intérêt.

2Les limites de la théorie du cycle de vie

AUn impact relatif sur l’épargne

 Selon la théorie du cycle de vie, le vieillissement de la population se traduit notamment par un phénomène de désépargne, rendant plus difficile le financement de l’activité économique. En effet, l’épargne des agents économiques est utilisée pour financer l’investissement.

 Cependant, le processus de désépargne peut être ralenti par les réformes sur le système de retraite (>fiche10) et la volonté de se prémunir contre les risques de dépendance.

 Les comportements d’épargne ne s’expliquent pas seulement par le cycle de vie. On peut distinguer deux autres types de comportement applicables à tout âge.

  • Le premier correspond à une épargne de précaution, afin de se prémunir contre des risques à court ou moyen terme, comme le chômage.
  • Le second correspond à la volonté de constituer un patrimoine qui sera transmis aux descendants.

BUn modèle éloigné de la réalité

 L’hypothèse de la théorie du cycle de vie selon laquelle les plus âgés doivent désépargner suppose l’existence d’une épargne négative. Or les études économiques ne font jamais apparaître un tel phénomène, quel que soit l’âge de la population étudiée.

 La théorie du cycle de vie suppose enfin une parfaite globalisation financière*, pour que l’insuffisance du taux d’épargne nationale* dans un pays soit compensée par l’excédent d’épargne d’autres pays. Elle ne prend en compte ni l’incertitude ni l’imperfection des marchés financiers.

Conclure

La théorie du cycle de vie permet de comprendre les comportements d’épargne des individus suivant leur âge, mais reste un modèle éloigné de la réalité.

>>