États-Unis et Brésil : des dynamiques territoriales décalées

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle L - Tle ES | Thème(s) : L'Amérique : puissance du Nord, affirmation du Sud
Corpus Corpus 1
États-Unis et Brésil : des dynamiques territoriales décalées

FB_Bac_98610_GeoT_LES_028

28

61

5

(>dépliant,VIIàIX)

Quelles sont les dynamiques territoriales actuelles au Brésil et aux États-Unis ?

1Deux anciens « pays neufs »

ADes espaces à conquérir

 Brésil et États-Unis sont des États-continents (entre 9 et 10 millions de km²). La conquête et la maîtrise de l’espace et des distances sont donc déterminantes dans la construction du territoire de ces deux sociétés.

 Les États-Unis ont été construits par les pionniers, qui ont repoussé la « frontière » vers l’ouest. Le chemin de fer a hâté la maîtrise du territoire ; des millions de migrants sont arrivés d’Europe.

 Le Brésil, en revanche, a connu une succession de cycles spéculatifs (sucre, or et surtout café). Ceux-ci ont favorisé le développement de régions monoproductives, créant une structure territoriale en archipel.

BDes sociétés multiculturelles


chiffres clés 4 millions d’esclaves noirs ont été importés au Brésil : c’est 10 fois plus qu’aux États-Unis.

 Entre 1872 et 1972, le Brésil a reçu 5,35 millions d’immigrants ; les États-Unis 71 millions entre 1820 et 2005. Les migrations ont été massives et mondiales.

 Dans les deux pays s’est posé le problème des esclaves noirs. Le système esclavagiste a été le plus poussé au Brésil, qui représente à lui seul plus du tiers de la traite atlantique. Mais le métissage y a été intense.

 Aux États-Unis, en revanche, les mélanges ont été peu nombreux. Les régions de plantation du Sud-Est comme les grandes villes sont restées marquées par les problèmes d’intégration de la minorité noire.

2Des centres : métropoles et interfaces

ALes centres aux États-Unis

 Le Nord-Est des États-Unis (Mégalopolis et Grands Lacs) est le berceau de la puissance américaine. Son déclin relatif témoigne du grand « retournement spatial » à l’œuvre depuis 1945, au profit de la Sun Belt qui va de la Floride à la Californie, véritable deuxième centre.

 Ce basculement est lié à des dynamiques spatiales à toutes les échelles : progrès de la façade pacifique, développements transfrontaliers (ex. : Mexamérique), croissance des interfaces maritimes et littoralisation (Floride, Californie), métropolisation (centres de commandement mondiaux).

BLe centre du Brésil

 Le Brésil ne compte qu’un centre : le Sudeste. Polarisé par São Paulo, Rio de Janeiro, Belo Horizonte, il assure 70 % de la production industrielle du pays. Son attraction est considérable.

 Cette région centrale bénéficie de dynamiques comparables à celles de la Sun Belt : interfaces maritimes (Santos, Rio), dynamiques transfrontalières (Mercosur), métropolisation (São Paulo, 1er aéroport et 1re bourse d’Amérique latine).

3Espaces de conquête, espaces de réserve

ALes périphéries brésiliennes

 Les régions pionnières du Nord amazonien couvrent presque 50 % du pays pour 5 % du pib. La forêt est progressivement défrichée par le front pionnier. C’est un espace de conquête : la dernière frontière du Brésil.

 À l’inverse, l’ancien centre historique du Nordeste fait figure de repoussoir : de fortes inégalités sociales y entravent le développement.

BLes périphéries américaines

 Le Vieux Sud américain, jadis esclavagiste, a longtemps été en retard. Mais, depuis 30 ans, par desserrement de la Mégalopolis, il se modernise, surtout dans sa partie orientale, de l’Alabama à la Virginie.

 Le Grand Ouest, en revanche, centré sur les Rocheuses, ne connaît de croissance que dans quelques centres urbains (Denver, Salt Lake City). Bien loin du dynamisme de la Sun Belt voisine, il s’agit d’un espace de réserve.

Conclure

Brésil et États-Unis sont deux anciens pays neufs, aux dynamiques territoriales comparables. Mais l’intégration spatiale est plus avancée aux États-Unis qu’au Brésil.

>>