États-Unis et Brésil : puissance globale, puissance émergente

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle L - Tle ES | Thème(s) : L'Amérique : puissance du Nord, affirmation du Sud


Quel bilan comparé peut-on faire de la puissance des États-Unis et du Brésil ?

1 La puissance économique

A La puissance mondiale américaine

98610_F26_doc_01

chiffre clé L’économie américaine représente 10 fois l’économie brésilienne.

 Les États-Unis ont la 3e superficie (9,6 millions de km²) et la 3e population mondiale (325,5 millions). Les États-Unis ont la 3e superficie (9,6 millions de km²) et la 3e population mondiale (325,5 millions).

 Ils sont la 1re économie mondiale, avec un pib de 18 570 milliards de dollars en 2016, soit environ 22 % des richesses mondiales.

 Les États-Unis sont le 2e exportateur et surtout le 1er importateur mondial en 2016 avec un déficit extérieur que seuls le rôle mondial du dollar et la dette permettent de financer.e exportateur et surtout le 1er importateur mondial en 2016 avec un déficit extérieur que seuls le rôle mondial du dollar et la dette permettent de financer.

B Une puissance régionale en devenir : le Brésil

5e pays du monde par sa superficie (8,5 millions de km²) comme par sa population (207 millions), le Brésil représente 35 % du pib d’Amérique du Sud (1 796 milliards de dollars).5e pays du monde par sa superficie (8,5 millions de km²) comme par sa population (207 millions), le Brésil représente 35 % du pib d’Amérique du Sud (1 796 milliards de dollars).

 La croissance démographique (+ 0,8 % par an) se poursuit. Pays émergent mais en crise depuis 2015, le Brésil est la 9e économie mondiale en 2016.9e économie mondiale en 2016.

 Le poids du Brésil dans l’économie mondiale est encore modeste. Son développement est entravé par de fortes inégalités, mais 40 millions de Brésiliens sont sortis de la pauvreté entre 2003 et 2011.. Son développement est entravé par de fortes inégalités, mais 40 millions de Brésiliens sont sortis de la pauvreté entre 2003 et 2011.

2 Hard power : David et Goliath ?

A L’hégémonie diplomatique et militaire : l’imperium américain

 Les États-Unis occupent une place prépondérante dans les grandes institutions internationales (fmi, Banque mondiale, droit de veto au Conseil de sécurité de l’onu).fmi, Banque mondiale, droit de veto au Conseil de sécurité de l’onu).

 Le budget militaire américain représente 37 % des dépenses militaires mondiales. Outre leur capacité nucléaire, les États-Unis disposent des technologies militaires les plus avancées.37 % des dépenses militaires mondiales. Outre leur capacité nucléaire, les États-Unis disposent des technologies militaires les plus avancées.

 Les forces américaines sont présentes partout : réseau de bases planétaire, groupes aéronavals, réseau de renseignements Echelon, programme de surveillance Prism.forces américaines sont présentes partout : réseau de bases planétaire, groupes aéronavals, réseau de renseignements Echelon, programme de surveillance Prism.

B Le Brésil : un nain en phase de croissance ?

 Les dépenses militaires brésiliennes ne représentent que 1,3 % de son pib. Toutefois, ses capacités se renforcent.pib. Toutefois, ses capacités se renforcent.

 Par tradition non interventionniste dans les affaires mondiales, le Brésil agit sous mandat de l’onu, et déploie une diplomatie active, qui stimule sa revendication d’une meilleure représentation (siège permanent au Conseil de sécurité). Il s’affirme au niveau mondial dans les sommets des brics ou du g20.

3 Soft power : contestation et émergence

A Un soft power américain complet mais contesté

L’anglais, langue véhiculaire internationale, est un outil de soft power, tout comme les industries culturelles : le cinéma américain accapare 40 % des recettes mondiales du secteur !L’anglais, langue véhiculaire internationale, est un outil de soft power, tout comme les industries culturelles : le cinéma américain accapare 40 % des recettes mondiales du secteur !

 L’essor foudroyant de l’Internet participe de ce soft power, avec la diffusion planétaire des réseaux sociaux.soft power, avec la diffusion planétaire des réseaux sociaux.

 Mais le modèle américain est de plus en plus contesté par d’autres modèles (altermondialiste, chinois, islamiste, etc.).modèle américain est de plus en plus contesté par d’autres modèles (altermondialiste, chinois, islamiste, etc.).

B Un soft power brésilien en voie d’affirmation

 Le Brésil bénéficie dans le monde d’une image positive. Le sport, et surtout le football, en est un élément majeur, sanctionné par l’organisation de la Coupe du monde de 2014 (contestée) et des Jeux olympiques de 2016 à Rio.image positive. Le sport, et surtout le football, en est un élément majeur, sanctionné par l’organisation de la Coupe du monde de 2014 (contestée) et des Jeux olympiques de 2016 à Rio.

 La communauté lusophone compte 240 millions de locuteurs, et 335 millions sont prévus en 2050.communauté lusophone compte 240 millions de locuteurs, et 335 millions sont prévus en 2050.

 Le Brésil accroît son aide publique au développement, axée sur des programmes sociaux, ce qui renforce son image positive dans le monde entier.aide publique au développement, axée sur des programmes sociaux, ce qui renforce son image positive dans le monde entier.

Conclure

Malgré les bénéfices de l’émergence, le Brésil est encore très loin de pouvoir rivaliser avec la puissance globale des États-Unis, tant au plan du hard power que du soft power.