Éviter les répétitions

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : Rédiger de manière claire et fluide
 

La cohérence d’un texte repose en partie sur la reprise d’éléments qui ont déjà été énoncés et que l’on suit, un peu à la manière d’un fil conducteur. Quels sont les différents procédés de reprise ? Comment les utiliser pour éviter les répétitions ?

I Reprendre par un pronom

On appelle reprise pronominale l’emploi d’un pronom pour remplacer un nom, un groupe nominal ou un autre pronom déjà cité. Il peut s’agir :

– d’un pronom personnel de la 3e personne (sujet ou complément) ;

À noter

N’oubliez pas d’accorder le pronom avec le nom qu’il remplace. Attention, le pronom personnel leur est déjà pluriel (= à eux) : il ne prend pas de s.

En favorisant la diffusion de l’information, les réseaux sociaux sont devenus des outils politiques partagés. Mais ils peuvent également apparaître comme une menace : on leur reproche ainsi d’être devenus le plus grand « aspirateur de données personnelles » au monde.

– d’un pronom démonstratif ;

Les utilisateurs de Facebook sont actuellement près d’un milliard et ceux de Twitter, apparu plus tard, autour de 500 millions.

– d’un pronom possessif ;

Si les adultes sont généralement enclins à protéger leurs informations personnelles, les adolescents sont-ils assez prudents pour protéger les leurs ?

– d’un pronom indéfini ;

Les grandes entreprises du Net récupèrent une énorme masse de données sur les internautes. Certaines sont suspectées d’espionner les utilisateurs à l’aide de fonctions dissimulées dans leurs produits.

II Reprendre par un nom

On appelle reprise nominale l’emploi d’un nom ou d’un groupe nominal pour en remplacer un autre.

Il peut s’agir, très simplement, de reprendre le même nom en changeant le déterminant.

La vie et l’œuvre d’André Malraux s’articulent autour d’une réflexion sur la condition humaine. Cette réflexion est née en grande partie de la crise des valeurs qui succède à la Première Guerre mondiale.

On peut également utiliser un synonyme qui apporte une nuance de sens ou une précision complémentaire.

L’écrivain Louis Aragon crée la revue Littérature en 1919. Jusque dans les années 1920, le célèbre auteur fréquente les cercles surréalistes.

La reprise par le GN synonyme le célèbre auteur introduit une évaluation positive.

L’emploi d’un terme générique ou hyperonyme permet de reprendre un mot déjà cité par un mot de sens plus général désignant la catégorie à laquelle l’être ou la chose appartient.

Jean-Paul Sartre aborde les questions de son temps aussi bien à travers ses essais philosophiques que ses romans ou ses pièces de théâtre. Son œuvre, multiforme, n’en possède pas moins une profonde unité.

Enfin, la périphrase est une figure de style qui reprend un nom par un groupe de mots qui met l’accent sur une caractéristique.

Dans ses œuvres d’après-guerre, Albert Camus pose la question de l’engagement littéraire. L’auteur de La Peste s’oppose sur ce point à l’existentialisme de Sartre.

Annabac est gratuit en septembre !

Inscris-toi pour en profiter.