Exposer le mode d'action des lymphocytes B et T

Merci !

Fiches
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Le corps humain et la santé


En bref Les lymphocytes B luttent contre une infection en produisant des anticorps qui circulent dans le milieu intérieur. Les lymphocytes T agissent en détruisant directement les cellules infectées, par contact.

IMode d’action des lymphocytes B

Dès que des lymphocytes B détectent la présence d’un antigène, ils déclenchent une réaction immunitaire spécifique. Ces lymphocytes sont stockés dans les ganglions et la rate.

07828_C04_fiche15_doc01

Doc Mode d’action des lymphocytes B

Lorsque des lymphocytes B (LB) reconnaissent un antigène (1), ils se multiplient dès la phase de reconnaissance (2), et, plusieurs jours plus tard, fabriquent des anticorps qui seront libérés dans le milieu intérieur (3).

Certains lymphocytes B permettent une réaction plus rapide lors d’un second contact avec le même antigène : on parle de mémoire immunitaire.

IIMode d’action des lymphocytes T

D’autres leucocytes, les lymphocytes T, détruisent par contact les cellules qui portent sur leur membrane des antigènes. Ces cellules sont principalement des cellules infectées par un virus, ou des cellules cancéreuses.

Mot clé

Lymphocytes T : catégorie de leucocytes capables d’éliminer des cellules infectées par simple contact.

Là encore, il existe une mémoire immunitaire.

IIUne réponse immunitaire en deux temps

Dans un premier temps, la phagocytose constitue le ­premier rempart contre l’infection : très rapide, mais peu précise (non spécifique).

Dans un deuxième temps, ­l’action des lymphocytes B et T est extrêmement efficace (spécifique à un type d’antigène), mais plus lente que la phagocytose… C’est le second rempart contre l’infection.

Méthode

Analyser un graphique en SVT

Le graphique ci-dessous indique l’évolution de la quantité d’anticorps dans le sang suite à une première injection de globules rouges de mouton (GRM), puis à une deuxième injection du même antigène.

1 Donner un titre au graphique.

2 Décrire l’évolution de la teneur en anticorps anti-GRM durant les 20 premiers jours.

3 Préciser la quantité maximale d’anticorps anti-GRM mesurée, ainsi que le moment où cette quantité est observée.

07828_C04_doc05

Conseils

1 Regarde à quoi correspond chacun des axes. Le titre d’un graphique reprend souvent ceux des axes.

2 Décompose en phases.

3 Mets en relation une valeur de l’axe vertical et une valeur de l’axe horizontal en utilisant une règle et en traçant des pointillés.

SOLUTION

1 L’axe vertical indique la quantité d’anticorps anti-GRM produite, l’axe horizontal indique le temps écoulé. Titre du graphique : Évolution de la quantité d’anticorps anti-GRM en fonction du temps selon l’injection de GRM.

2 Durant les 20 premiers jours, l’évolution de la quantité d’anticorps anti-GRM en fonction du temps se décompose en 4 phases :

Phase I : les 4 premiers jours, la quantité d’anticorps n’augmente pas.

Phase II : du 4e au 6e jour, la quantité augmente jusqu’à 400 UA.

Phase III : du 6e au 8e jour, la quantité diminue jusqu’à environ 100 UA.

Phase IV : au-delà du 8e jour, la quantité diminue lentement jusqu’à atteindre 0 UA au 18e jour.

3 La quantité maximale mesurée est 3 500 UA, au 34e jour.

Pour lire la suite :