Globalisation financière
 et croissance économique

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Instabilité financière et régulation
 
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Globalisation financière
et croissance économique
 
 

FB_Bac_98602_EcoT_ES_030

30

65

6

Dans quelle mesure la globalisation financière est-elle source de croissance économique??

1La globalisation financière, facteur?de?croissance?économique

AUn accroissement et une meilleure allocation des ressources

La libéralisation et l’intégration croissante des marchés de capitaux* permettent aux offreurs et aux demandeurs de bénéficier de conditions plus avantageuses.

? Du côté des offreurs de capitaux, les innovations financières (produits dérivés, titrisation*) garantissent une meilleure protection contre les risques, et l’ouverture des marchés de capitaux nationaux les fait bénéficier de placements plus rémunérateurs.

chiffres clés Le nombre d’individus?fortunés dans le monde a?augmenté?de 1,76?million en 2013, tandis que leur capacité d’investissement a connu une hausse de près de 14?%, atteignant un niveau record de 52?620?milliards de dollars us.

? Les demandeurs de capitaux profitent d’un accroissement des capitaux disponibles (l’augmentation de la taille du marché) et de prêts moins coûteux (plus de concurrence entre les prêteurs).

BUne information plus complète

? La libéralisation des marchés de capitaux et leur unification rapprochent leur mode de fonctionnement de celui d’un marché de concurrence pure et parfaite. Cette propriété doit permettre à l’ensemble des acteurs de bénéficier de toutes les informations disponibles. Le prix, fixé selon la loi de l’offre et de la demande, doit donc traduire toutes les informations connues.

? Dans ces conditions, on considère que le marché est efficient, c’est-à-dire que les prix des actifs financiers* ne dépendent que de leur valeur fondamentale (par exemple, pour une action?: rendement attendu, risque encouru).

? Plus efficients dans l’allocation des ressources et dans la formation des prix, les marchés de capitaux remplissent mieux leur fonction première de financement des activités productives, et ce faisant dynamisent la croissance économique.

2Une efficience à nuancer

AL’existence d’asymétries d’information

? On en distingue principalement deux types?:

–?la sélection adverse* ou l’anti-sélection, lorsque le manque d’information rend impossible la détermination exacte des risques associés à chaque agent?; cette situation implique la fixation d’une prime de risques plus élevée que s’il y avait une information parfaite (taux d’intérêt plus élevé, par exemple)?;

–?l’aléa moral*, lorsque le fait d’être garanti auprès d’un autre agent (comme une compagnie d’assurances) contre un événement particulier accroît la prise de risque et augmente ainsi les chances de réalisation de cet événement.

? Les économistes d’inspiration keynésienne, en considérant qu’il existe des asymétries d’information fondamentales entre les prêteurs et les emprunteurs, contestent l’efficience des marchés financiers*. En effet, ces asymétries d’information limitent la capacité des marchés à évaluer correctement la valeur des actifs et à allouer les capitaux de façon optimale.

BUn accroissement des incertitudes

? Les asymétries d’information renforcent l’incertitude, ce qui peut conduire les agents à adopter des comportements mimétiques* propices à l’apparition de bulles spéculatives.

? La valeur des actifs financiers n’est alors plus déterminée par les fondamentaux économiques, mais par les anticipations des opérateurs.

? Ces logiques spéculatives sont à l’origine de l’instabilité des marchés et des crises financières* (>?fiche?32) dont les effets nuisent à la croissance économique.

Conclure

Les effets de la globalisation financière demeurent incertains, notamment parce qu’il existe sur les marchés financiers des asymétries d’information.

>

>