Hormones de synthèse et maîtrise de la procréation

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ES - 1re L | Thème(s) : Prendre en charge sa vie sexuelle
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Hormones de synthèse et maîtrise de la procréation
 
 

FB_Bac_98620_Sci1_LES_037

37

87

1

Grâce aux connaissances acquises sur les hormones naturelles, les chercheurs ont pu mettre au point des molécules de synthèse permettant une maîtrise de la procréation mieux adaptée et comportant moins d’effets secondaires.

1La contraception hormonale

Elle utilise des œstrogènes et un dérivé de la progestérone (progestatif) qui bloquent le développement folliculaire, empêchant l’ovulation par rétrocontrôle négatif sur le complexe hypothalamo-hypophysaire.

De plus, elle rend le mucus cervical(doc.?1) imperméable aux spermatozoïdes. Par ces deux actions, la contraception hormonale empêche la fécondation.

Doc. 1 Aspects du mucus cervical.

Observation au meb en fin de phase folliculaire chez une femme qui ne prend pas la pilule (a) et en fin de phase folliculaire chez une femme sous pilule (b).

a.?Le spermatozoïde passe à travers les mailles lâches du mucus.


 

b.?Le spermatozoïde est bloqué par les mailles serrées du mucus.


 

2La contragestion

Elle comprend trois méthodes ayant chacune pour but d’empêcher la gestation.

? La pilule du lendemain (Norlevo) contient une hormone de synthèse (un progestatif, le levonorgestrel) qui empêche l’ovulation si elle n’a pas eu lieu, ou qui empêche l’implantation de l’œuf dans le cas où il y a eu fécondation. Elle doit être prise au plus tard trois jours après le rapport sexuel et est en vente libre en pharmacie, mais ne doit pas être utilisée régulièrement.

? La pilule du surlendemain (Ellaone), composée d’une autre molécule de synthèse (ulipristal acétate), a la même action que la pilule du lendemain mais peut être utilisée jusqu’à cinq jours après un rapport sexuel supposé fécondant. En revanche, sa délivrance n’est possible que sur ordonnance et son coût est plus élevé que la pilule du lendemain.

? Le RU?486 ou pilule abortive, constitué d’une molécule de synthèse, la mifépristone, se fixe sur les mêmes récepteurs que la progestérone, l’empêchant d’assurer son rôle dans la poursuite de la gestation. Cela entraîne des règles anticipées, interrompant la nidation de l’embryon. Le RU?486 doit être utilisé avant la 5e semaine de grossesse et son utilisation, qui se fait en milieu médical, doit rester exceptionnelle.

L’action de ces trois molécules de synthèse s’explique par leur structure moléculaire très proche de celle de la progestérone.

Doc. 2 Représentation moléculaire de la progestérone, du?RU?486 et du levonorgestrel.

 

>