L’aménagement des villes

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S | Thème(s) : Aménager et développer le territoire français
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
L’aménagement des villes
L•ES•S
 
 

FB_Bac_98612_Hge1_TT_034

34

77

1

(>?dépliant,VIIetVIII)

Comment réduire les fractures sociales et spatiales ?

1Des espaces fragmentés dans les villes françaises

AL’opposition entre le centre et les périphéries

? Les disparités s’accentuent entre les centres attractifs et les périphéries marginalisées.

? Les centres-villes ont un habitat dense, des commerces et services variés. Ils concentrent des cadres, des couples sans enfant ou des personnes seules.

? Les banlieues forment des auréoles de plus en plus larges autour des grandes villes et leur sont inégalement connectées. Le coût financier et environnemental des transports pose alors problème.

BDes périphéries très diverses

Les zones urbaines sensibles (zus*) rassemblent environ 7,5 % de la population. Elles forment des enclaves, lieux de ghettoïsation. Cependant les banlieues ne sont pas forcément des espaces de relégation. Chaque agglomération a ses banlieues privilégiées.

2Les politiques d’urbanisme

ALes neuf villes nouvelles dans la région parisienne

? Ce programme des années 1960 avait comme but le polycentrisme, la lutte contre les ségrégations sociospatiales.

? Seules deux villes nouvelles continuent d’être aménagées (Marne-la-Vallée et Sénart). La prédominance du logement social (Trappes, Évry) n’a pas apporté la mixité attendue.

BLa refonte de quartiers

? Des quartiers centraux ont été rasés pour faire du neuf (rénovation urbaine) : la Part-Dieu à Lyon, Mériadeck à Bordeaux. Ils sont devenus des centres d’affaires tertiarisés.

? Le plus souvent, les municipalités ont réhabilité les centres en valorisant le patrimoine historique. Des bâtiments industriels sont réaffectés comme à Roubaix ou à Nantes.

? Les friches peuvent devenir des écoquartiers dans un projet de ville durable, comme à Angers (zac* des Capucins).

CLes politiques de transports

? Dans les centres-villes, les flux sont repensés, laissant la place aux circulations douces (bus, vélo, tramway).

? La coopération intercommunale en matière de transports est une politique durable. Dans la conurbation lilloise, le réseau multimodal de transports collectifs regroupe 85 communes. La maîtrise de la mobilité est un enjeu majeur pour l’intégration des quartiers péricentraux.

3La politique de la ville

ARénover les banlieues en difficulté

? Depuis les années 1970, des projets sont mis en place pour mieux insérer et animer les banlieues. Les barres et les tours sont détruites et remplacées par des quartiers plus harmonieux, comme aux Minguettes, à Vénissieux.

? Les zones franches urbaines doivent attirer les emplois par l’exonération de charges des entreprises. C’est une politique de discrimination positive dont le bilan est mitigé : le taux de chômage y reste le double du taux national.

BProvoquer la mixité sociale

? Les municipalités des grandes villes, sous l’impulsion de l’État, tentent de faire revenir des habitants en centre-ville par des programmes immobiliers, notamment destinés aux populations modestes.

? L’objectif de 20 % de logements sociaux dans les agglomérations de plus de 50 000 habitants tarde à se réaliser. Bien souvent, les opérations de rénovation urbaine chassent les populations modestes vers les banlieues (gentrification).

Conclure

Les politiques d’aménagement des villes ne parviennent que peu à limiter la fragmentation du territoire urbain.

>

>