L’analyse des coûts et la prise de décision : les coûts partiels

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle STMG | Thème(s) : Qu’apporte l’analyse des coûts à la prise de décision ?

L’analyse des coûts et la prise de décision : les coûts partiels

La performance d’une entreprise peut être améliorée par la connaissance précise des coûts. Identifier les charges variables et les charges fixes, réaliser un seuil rentabilité, mesurer l’impact d’une commande supplémentaire sont autant d’éléments qui permettent de prévoir le résultat d’une entreprise.

1Identifier les charges variables et les charges fixes

A Le comportement des charges


Dans le cas des coûts partiels, il existe deux catégories de charges.

Les charges opérationnelles (ou charges variables) : elles varient en fonction du niveau d’activité (elles sont proportionnelles au niveau d’activité, exemple : les matières premières) ;

Les charges de structure (ou charges fixes) : le montant de ces charges est indépendant du niveau d’activité (exemples : loyers, amortissements, certains impôts…).

B L’analyse différentielle


Il s’agit de déterminer le résultat de l’entreprise en distinguant les charges opérationnelles et les charges de structure. Ce tableau permet aussi de calculer la marge sur coût variable et le taux de marge sur coût variable.

Cas pratique

SA LEPIN

Énoncé

La SA LEPIN fabrique des parasols et elle s’interroge sur la rentabilité du modèle Embrun. Pour l’année N, elle a vendu 5 700 parasols au prix de 50 € HT. Les charges variables sont de 20 € par parasol et les charges fixes sont de 150 000 € pour l’année.

Vous devez déterminer le résultat sur ce produit en faisant apparaître la marge sur coût variable et le taux de marge sur coût variable.

Conseils

Le taux de marge doit toujours être exprimé en fonction du CAHT.

Corrigé

PB_9782216129348_T_STMG_05_Compta_Tab_29

Pour cette année, la SA LEPIN a réalisé un bénéfice de 21 000 € sur le modèle de parasol Embrun.

2Le seuil de rentabilité, la marge et l’indice de sécurité

A Le seuil de rentabilité


Le seuil de rentabilité (SDR) représente le niveau de CAHT pour lequel l’entreprise ne réalise ni bénéfice ni perte (résultat net égal à zéro). C’est le CAHT qui couvre l’ensemble des charges. Lorsqu’on dépasse ce CAHT, on commence à générer des bénéfices.

Seuil de rentabilité en valeur : charges de structure/taux de marge sur coût variable.

Seuil de rentabilité en quantités : SDR valeur/PVHT unitaire.

B La marge de sécurité et l’indice de sécurité


La marge de sécurité représente l’écart entre le seuil de rentabilité et le CAHT.

Marge sécurité = CAHT – SDR

L’indice de sécurité est la marge de sécurité exprimée en pourcentage du CAHT.

Indice de sécurité = marge sécurité/CAHT

Cas pratique

SA LEPIN

Énoncé

Avec les données de la SA LEPIN, vous devez calculer le seuil de rentabilité en valeur et en quantité ainsi que la marge de sécurité et l’indice de sécurité. Commentez ces résultats en quelques lignes.

Corrigé

Seuil de rentabilité en valeur = 150 000/0,6 = 250 000 €

Seuil de rentabilité en quantités = 250 000/50 = 5 000 parasols Embrun

Marge de sécurité = 285 000-250 000 = 35 000 €

Indice de sécurité = 35 000/285 000 = 12.3 %

Pour réaliser un bénéfice sur ce produit, la SA LEPIN doit réaliser un CAHT d’au moins 250 000 €. Cela correspond à 5 000 parasols vendus dans l’année. Le CAHT réalisé est de 11,11 % supérieur au minimum à réaliser pour être rentable.

3Mesurer l’impact d’une commande supplémentaire


La connaissance des charges variables et des charges fixes permet à l’entreprise de connaître les cas où elle doit accepter une commande supplémentaire et à quelles conditions. Cette nouvelle commande peut avoir plusieurs influences sur les calculs de l’entreprise :

modification du CAHT (attention, la nouvelle commande peut être vendue à un prix moindre que les autres commandes) ;

modification des charges variables unitaires (à la hausse si on utilise des heures supplémentaires, à la baisse si en commandant plus de matières premières on obtient des réductions) ;

modification des charges fixes (si pour honorer la commande on doit investir dans une nouvelle machine, les amortissements vont augmenter).

Cas pratique

Énoncé

Pour l’année N+1, la SA LEPIN a reçu une proposition d’une grande enseigne de magasin d’articles de jardin. Celle-ci lui propose de lui commander 5 000 parasols Embrun durant l’année mais à un prix de 40 € l’unité. Pour ses autres clients, la SA LEPIN pense vendre les mêmes quantités au même prix que durant l’année N (5 700 parasols à 50 € l’unité). Les charges variables unitaires vont baisser car on achète des matières premières en grandes quantités, elles seront de 18 € par parasol mais du fait d’un investissement pour augmenter notre capacité de production, les charges fixes augmenteront de 50 000 €.

Vous devez calculer le résultat prévisionnel sur ce modèle pour N+1 et calculer le seuil de rentabilité en valeur ainsi que l’indice de sécurité et faire un commentaire pour savoir si on doit ou pas accepter la commande.

Corrigé

PB_9782216129348_T_STMG_05_Compta_Tab_28

Seuil de rentabilité en valeur = 200 000/0,603 = 331 675 €

Indice de sécurité = (485 000 – 331 675)/485 000 = 31,6%

La SA LEPIN a intérêt à accepter cette commande. En effet, son résultat sera en forte augmentation (on passe de 21 000 € de bénéfice à 92 400 €). Pour être rentable, l’entreprise devra réaliser un CAHT plus élevé (331 675 € contre 250 000 € l’an dernier) mais l’indice de sécurité nous indique que ce projet est moins risqué que celui de l’an dernier.