L'aspect électrique de la révolution cardiaque

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ST2S | Thème(s) : L'anatomie et la physiologie du cœur

Le cœur fonctionne en l’absence de structures nerveuses : on dit qu’il est doué d’un automatisme. Cet automatisme trouve son origine dans un tissu spécialisé : le tissu nodal.

A Le tissu nodal

C’est tissu spécialisé localisé en des points précis du cœur :

le nœud sinusal, situé dans la paroi de l’oreillette droite, au point d’arrivée de la veine cave supérieure ;

le nœud septal ou nœud auriculo-ventriculaire, situé dans l’oreillette droite au-dessus de la valve tricuspide ;

le faisceau de His, qui prend naissance au niveau du nœud septal et se prolonge dans le septum ;

le réseau de Purkinje qui constitue le prolongement du faisceau de His ; il se ramifie en 2 branches dans les parois des ventricules droit et gauche.

Les cellules nodales sont des cellules peu différenciées et donc peu contractiles ; en revanche, elles ont un potentiel de membrane instable, responsable d’auto-excitations rythmiques. Cette instabilité électrique de leur membrane produit des dépolarisations spontanées nommées potentiels d’action nodaux, à l’origine de l’automatisme cardiaque.

B La chronologie de la contraction myocardique

L’onde de dépolarisation naît de façon spontanée et rythmique au niveau du nœud sinusal et génère des potentiels d’action qui se propagent de proche en proche jusqu’aux myocytes auriculaires, déclenchant la systole auriculaire.

L’onde de dépolarisation est ensuite transmise aux ventricules par l’intermédiaire du nœud septal, puis se propage à l’ensemble des myocytes ventriculaires par le faisceau de His et le réseau de Purkinje, déclenchant la systole ventriculaire.

À savoir

Ainsi, le nœud sinusal, qui possède la fréquence de dépolarisation la plus élevée, impose son rythme d’excitation à l’ensemble du tissu nodal et aux myoctes : on l’appelle stimulateur principal ou pacemaker du cœur.

15492_P2_88

C L’enregistrement de l’activité électrique du cœur

L’électrocardiographie est un examen enregistrant l’activité électrique du cœur à l’aide d’électrodes cutanées. On obtient un tracé appelé électrocardiogramme (ECG) dont l’étude permet d’évaluer l’état fonctionnel du cœur et renseigne sur une éventuelle anomalie cardiaque, telle qu’une arythmie.

DÉFINITION

Arythmie : une arythmie correspond à un rythme cardiaque irrégulier.

Chaque cycle cardiaque est caractérisé sur l’ECG par la succession de 3 ondes :

onde P : elle correspond à la dépolarisation des oreillettes, qui précède et déclenche la systole auriculaire ;

complexe QRS : elle correspond à la dépolarisation des ventricules, qui précède et déclenche la systole ventriculaire. Pendant ce temps, se déroule la repolarisation des oreillettes ;

onde T : elle correspond à la repolarisation du ventricule. Cette onde est suivie d’un tracé plat correspondant à la diastole générale sur le cardiogramme.

15492_P2_89

Les différentes manifestations d’une révolution cardiaque

Annabac est gratuit en septembre !

Inscris-toi pour en profiter.