L’échec de la monarchie constitutionnelle (1790‑1792)

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : Révolutions, libertés, nations, à l’aube de l’époque contemporaine
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
L’échec de la monarchie constitutionnelle (1790?1792)
 
 

FB_Bac_98613_Hge2_TT_021

21

xx

5

(>?rabats,IVetV)

La France est transformée selon les principes de la Déclaration des droits de l’homme.

1Une nouvelle France (1790-1791)

AL’organisation des partis

? La presse connaît un essor considérable (250 titres).

? Des clubs se développent : celui des Jacobins (Robespierre) et celui des Cordeliers (Marat, Danton et Desmoulins).

? L’Assemblée fait l’apprentissage du travail parlementaire. Des regroupements s’effectuent parmi les députés.

BLa Fête de la fédération (14 juillet 1790)

Elle a lieu au Champ-de-Mars à Paris pour célébrer le nouveau régime. Le roi, contraint, prête serment de fidélité à la Nation.

CLa Constitution de 1791

? La Constitution (appliquée jusqu’au 10 août-1792) est élaborée de juillet 1789 à septembre 1791.

? Elle instaure la séparation des pouvoirs. Le pouvoir exécutif est confié au roi qui l’exerce avec 6 ministres. Intouchable, largement irresponsable, il dispose du veto suspensif. L’Assemblée vote des lois, établit l’impôt et les dépenses.

? Mais le suffrage est censitaire et les femmes sont exclues du droit de vote.

DLa réorganisation de la France

? Le territoire est réaménagé en 83 départements.

? La justice est moins coûteuse. Les juges sont élus. La peine de mort subsiste mais la torture et les supplices sont interdits.

? Pour régler les dettes de l’État, les biens du clergé sont mis en vente (biens nationaux) et doivent garantir l’émission d’assignats.

? Avec la Constitution civile du clergé (1790), les évêques et les curés deviennent des salariés de l’État et doivent prêter serment à la Constitution.

? Le libéralisme économique est consacré par la loi Le Chapelier qui vise à garantir la liberté d’entreprise.

2La fin de la monarchie (1791-1792)

AL’opposition grandit

? L’agitation est importante : tentatives de soulèvement militaire au camp de Jalès, révolte en Vendée. Les prêtres réfractaires refusent la Constitution civile du clergé condamnée par le pape. Les émigrés intriguent pour obtenir une intervention militaire.

? La fuite du roi, dans la nuit du 20 au 21 juin 1791, et son arrestation à Varennes marquent la rupture entre le roi et son peuple.

BL’entrée en guerre

Le 20 avril 1792, la France déclare la guerre à l’empereur d’Autriche.

? Les partisans de la guerre sont nombreux. Les Girondins estiment que la victoire libérera les peuples d’Europe de l’absolutisme. Le roi espère qu’une aide extérieure lui permettra de retrouver son autorité.

? Les opposants sont rares. Robespierre craint que la guerre coûte cher et qu’elle ait pour conséquence le retour de l’Ancien Régime.

CLa chute de la monarchie

? Les premières défaites dressent le peuple contre le roi. À la menace autrichienne au nord s’ajoute la menace prussienne à l’est. Le 11 juillet, l’Assemblée déclare la « Patrie en danger ».

? À la suite du « manifeste de Brunswick » qui somme Paris de se soumettre au roi sous peine d’une répression exemplaire, les fédérés et les sans-culottes prennent d’assaut le palais des Tuileries (10 août-1792). Le roi est emprisonné.

? Sa suspension rend la Constitution de 1791 inapplicable. Une nouvelle Assemblée, la Convention, est chargée de rédiger une nouvelle constitution.

? En septembre, la France remporte une victoire à Valmy. La Révolution est sauvée. Le 21 septembre 1792, la Convention proclame la République.

Conclure

En septembre 1792, la Révolution est sauvée mais la nation n’a plus de roi. La France devient une République.