L’identification partisane et le clivage gauche-droite

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : La participation politique
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
L’identification partisane et le clivage gauche-droite

FB_Bac_98605_SspT_ES_018

18

41

5

Traditionnellement, la vie politique s’organise autour du clivage gauche-droite. En quoi est-il toujours un marqueur de l’identification partisane en France ?

1Le clivage gauche-droite, marqueur de l’identification partisane

AUne opposition historiquement construite

 La référence aux termes « gauche » et « droite » date de la Révolution française : les monarchistes étaient assis à la droite du président de séance de l’Assemblée constituante, alors que les défenseurs du tiers état se plaçaient à sa gauche.

 Ces deux termes ont ensuite été progressivement utilisés au gré des événements politiques (avènement de la Troisième République, affaire Dreyfus, loi sur la séparation de l’Église et de l’État, etc.) pour caractériser les oppositions politiques qui s’y exprimaient.

 Aujourd’hui, le clivage gauche-droite est un point de repère important dans la structuration des préférences politiques, en France comme dans de nombreux autres pays.

BOppositions idéologiques et politiques

 Alors que la gauche tend à considérer que le système économique et social produit de nombreuses inégalités qu’il convient, a minima, de corriger, la droite les perçoit comme plus naturelles et davantage liées au fonctionnement normal de la société.

 En conséquence, la gauche accorde traditionnellement une fonction particulièrement importante à l’État dans la régulation des activités économiques et sociales. Au contraire, la droite considère que le marché doit fonctionner librement et sans entraves.

 Le rapport à la religion est également un marqueur du clivage gauche-droite. Ainsi, dans les pays catholiques, la pratique religieuse est souvent corrélée à un positionnement politique à droite.

CAspects sociologiques

 Le positionnement gauche-droite est historiquement et sociologiquement attaché aux positions sociales des individus. Les personnes qui se classent à gauche sont surreprésentées parmi les salariés de la fonction publique ; celles se classant à droite sont surreprésentées parmi les indépendants. Néanmoins, on constate que les catégories populaires dont le vote est historiquement associé à la gauche tendent à se disperser électoralement, notamment vers l’extrême droite.

 Le clivage gauche-droite est très dépendant de la socialisation politique*. Il existe souvent une filiation familiale dans l’identification partisane : près de deux tiers des Français ont les mêmes préférences politiques que leurs parents (selon le cevipof).

2Le clivage gauche-droite est-il aujourd’hui moins prégnant ?

ADes évolutions structurelles

 Les évolutions structurelles de la société française contribuent à atténuer certains clivages sociaux : recul de la classe ouvrière, élévation du niveau de formation, mouvement de moyennisation de la société française (notamment au cours des Trente Glorieuses), crise du syndicalisme, etc.

 Ces mutations structurelles sont à l’origine d’une recomposition des identités politiques dans lesquelles le clivage gauche-droite devient moins prégnant. Selon le cevipof, près d’un tiers des électeurs considère que les notions de « gauche » et « droite » sont dépassées.

BL’émergence de nouvelles questions

 Le positionnement gauche-droite est remis en cause par l’émergence de nouvelles questions politiques, comme la construction européenne et la mondialisation.

 De nouvelles questions sociétales, comme le mariage homosexuel ou la parité* hommes-femmes, dépassent aujourd’hui le clivage traditionnel gauche-droite.

Conclure

Le clivage gauche-droite demeure aujourd’hui encore un élément important de l’identification partisane, même s’il connaît des recompositions.

>>