L’immigration et la société française au XXe siècle

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S | Thème(s) : Croissance économique, mondialisation et mutations des sociétés depuis le milieu du XIXe siècle - La République française face aux enjeux du XXe siècle
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
L’immigration et la société française au XXe?siècleL•ES•S
 
 

FB_Bac_98612_Hge1_TT_003

3

13

1

Quelles sont les grandes vagues d’immigration en France??

1Une immigration majoritairement européenne jusqu’en 1945

AUne immigration précoce (avant 1914)

? En 1881, la population étrangère représente 3 % de la population française. Il s’agit d’Européens venus travailler en France : Belges, Italiens, Espagnols, Suisses. On trouve aussi des Juifs qui ont fui la russification et des exilés politiques polonais.

? L’immigration est une réponse à l’industrialisation et la pénuriede main-d’œuvre en France.

? À la veille de la Grande Guerre, les immigrés sont peu qualifiés, jeunes, et concentrés dans certains départements. Ils sont souvent mal perçus par la population locale.

BLa France, premier pays d’immigration (après 1914)

?Pendant la Grande Guerre, l’Empire français fournit plus de 600 000 hommes dont la plupart servent en Europe (Maghrébins et Africains surtout). Il fournit aussi une importante main-d’œuvre (Algériens, Annamites).

?Au lendemain de la guerre, la France manque de bras pour reconstruire le pays. Les immigrés sont appelés en renfort : Italiens et Maghrébins (Algériens surtout). La France est aussi une terre d’accueil pour les exilés politiques (Arméniens, Italiens, Russes). En 1931, les étrangers représentent 7 % de la population totale.

?La crise de 1929 ralentit l’immigration : les contrôles aux frontières sont renforcés, la priorité est donnée à l’ouvrier français.

2Depuis 1945, une immigration majoritairement africaine

ACinquante ans d’immigration

? Avec les Trente Glorieuses débute une nouvelle vague d’immigration. Entre 1946 et 1975, le nombre d’étrangers double, passant de 1,7 million à 3,4 millions.

?La crise de 1973 ralentit l’immigration. Le regroupement familial est désormais le premier motif d’immigration. Viennent ensuite l’emploi, les études, la protection personnelle. Les immigrés européens sont moins nombreux que ceux originaires du Maghreb.

? L’immigration est depuis de nombreuses années au cœur de l’actualité, témoignant notamment des difficultés d’intégration au sein de la société française.

BL’immigration européenne

? Les Italiens constituent pendant longtemps la première communauté étrangère de France. Ils sont généralement bien intégrés.

?L’immigration espagnole est politique (ils fuient la dictature de Franco), puis économique (à partir du milieu des années 1960). Au moment où ils sont les plus nombreux (en 1975), la plupart des Espagnols sont déjà bien intégrés.

? Les arrivées massives de Portugais, à partir du milieu des années 1960, s’expliquent davantage par la nécessité de fuir leur pays (dictature de Salazar) que par une attirance pour la France. En 1982, ils sont 767 000 sur le territoire français.

CL’immigration maghrébine

? Avec la fin de la guerre d’Algérie, le nombre des Algériens en métropole double (ils sont 210 000 en 1954, plus de 400 000 en 1962). La plupart d’entre eux sont employés comme manœuvres et vivent dans des foyers, ou sont logés par des marchands de sommeil. Ils constituent aujourd’hui la première communauté d’immigrés.

?L’immigration marocaine s’accélère au milieu des années 1960. Un grand nombre de Marocains sont employés dans les usines automobiles de la région parisienne, dans le bâtiment et comme ouvriers agricoles dans le sud-ouest de la France.

? Les immigrés tunisiens sont des hommes jeunes qui s’installent en région parisienne et en région paca. Ils travaillent dans le commerce, les services et le bâtiment.

Conclure

Depuis 1975, le pourcentage des immigrés dans la population est resté stable. Mais l’immigration est plus lointaine (Vietnam…) et concerne davantage les femmes.

>

>