L’impact de l’homme sur les écosystèmes

Fiches
Classe(s) : 1re Générale | Thème(s) : Les services écosystémiques et leur gestion


L’homme affecte le fonctionnement de la plupart des écosystèmes. La perte mondiale de biodiversité a des conséquences sur les activités humaines.

I L’espèce humaine dans les écosystèmes

mot clé

Espèce domestiquée : espèce dont les caractéristiques héréditaires résultent d’une sélection artificielle ou d’une interaction longue avec l’homme.

L’espèce humaine, comme les autres organismes, appartient à la biocénose. C’est donc un élément parmi d’autres de tous les écosystèmes qu’elle a colonisés.

L’homme vit en interaction avec le biotope et d’autres espèces parasites, commensales tirant profit de leur relation avec l’homme sans lui nuire, domestiquées et exploitées.

mot clé

Espèce invasive : espèce exogène dont le développement démographique nuit à la biodiversité autochtone.

L’homme affecte le fonctionnement de la plupart des écosystèmes en :

– exploitant des ressources (bois, pêche, etc.) ;

– modifiant le biotope local (sylviculture, érosion des sols, etc.) ;

– modifiant le biotope global (changement climatique, introduction d’espèces invasives).

II L’impact des activités humaines

De nombreux écosystèmes mondiaux sont affectés par les activités humaines et la perte mondiale de biodiversité fait craindre une sixième grande crise biologique.

La dégradation des écosystèmes a des conséquences néfastes pour les activités humaines : diminution de la production, pollution des eaux, développement de maladies, etc.

05222_C04_Exo8_Corr_01

Doc Stocks mondiaux de céréales

La FAO réalise des prévisions de productions et de stocks de céréales au niveau mondial dans un contexte de dégradation des sols et de diminution de la surface cultivée par habitant. Pour 2018-2019, la production devrait diminuer de 2,4 %, pour des besoins en croissance de 1 %.

Méthode

Construire un schéma fonctionnel du processus d’eutrophisation

L’eutrophisation des milieux lacustres est un phénomène naturel fortement accéléré par les apports de phosphore d’origine anthropique.

À partir du document, présenter sous la forme d’un schéma fonctionnel les événements menant à l’eutrophisation d’un lac.

Doc Processus d’eutrophisation d’un lac

La forte disponibilité en phosphore entraîne une multiplication intense du phytoplancton limitant la pénétration de la lumière, ce qui finit par réduire la production de dioxygène. L’activité de ces producteurs primaires conduit à une sédimentation importante de matière ­organique. Les décomposeurs consomment progressivement tout le dioxygène. Des cyanobactéries se développent parallèlement produisant des toxines préjudiciables aux autres organismes. En l’absence de dégradation ­complète de la matière organique, celle-ci s’accumule dans les sédiments comblant progressivement le lac, qui devient une zone de marais.

conseils

Étape 1 Identifier les événements du processus.

Étape 2 Au brouillon, organiser les événements dans des cadres reliés par des flèches matérialisant les liens entre eux.

Étape 3 Reproduire au propre en titrant le schéma et en légendant les figurés.

solution

Étapes 1 à 3 Schéma fonctionnel de l’eutrophisation d’un lac

05222_C08_F25_02