L’instabilité de la croissance

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Croissance, fluctuations et crises


Comment étudier les fluctuations de la croissance ?

1 Les cycles économiques

A La croissance est irrégulière

 La croissance économique n’est pas linéaire, elle se caractérise par une succession de phases d’expansion puis de ralentissement de l’activité économique.

 Si, à long terme, l’économie connaît une hausse de la croissance autour d’un trend (mouvements de longue durée affectant les phénomènes économiques), l’activité économique connaît à court terme des fluctuations : production, emploi…

 Quand les fluctuations de la croissance présentent une certaine régularité et périodicité, on peut alors parler de cycle économique.

B Cycle et crise

 Un cycle économique est constitué de quatre phases :

– une phase d’expansion (augmentation de la production, des prix) ;

– un point de retournement, la crise au sens strict ;

– une phase de récession (au sens de l’insee, la récession est constatée par la contraction du pib durant au moins deux trimestres consécutifs) et/ou de dépression (c’est-à-dire une baisse, pendant plusieurs années consécutives, de la production d’un pays) ;

– une phase de reprise, ou de retournement vers la croissance. C’est le second point d’inflexion de la crise .

 La crise économique (au sens strict) correspond donc au retournement brutal de la conjoncture économique qui fait succéder une phase de récession à une phase d’expansion. Au sens large, on y ajoute la phase de récession et/ou de dépression.

2 Typologie des cycles selon leur durée

A Les cycles courts

 Les cycles courts, dits aussi cycles de Kitchin du nom du statisticien Joseph Kitchin, durent 3 à 4 ans (environ 40 mois).

 Ils sont dus aux variations de stocks des entreprises. En période de croissance, les entreprises augmentent leur production pour répondre à la demande mais constituent aussi des stocks. En période de récession, elles réduisent leur production et déstockent, ce qui accentue le ralentissement de l’activité.

B Les cycles moyens

 Les cycles moyens, appelés cycles des affaires ou cycles Juglar, ont été mis en évidence par l’économiste français Clément Juglar.

 Ces cycles ont une durée de 8 à 10 ans et comportent quatre phases : expansion, crise, récession et/ou dépression et reprise.

C Les cycles longs

 Les cycles longs, ou cycles Kondratiev, ont une périodicité de 30 à 50 ans. Ces cycles présentent deux phases.

Phase A (ascendante) : les prix, la production et l’emploi varient à la hausse.

Phase B (descendante) : ces indicateurs varient à la baisse.

joseph_schumpeter

citation « Le capitalisme constitue, de par sa nature, un type ou une méthode de transformation économique, et non seulement il n’est jamais stationnaire, mais il ne pourrait le devenir. […] Ce processus de destruction créatrice constitue la donnée fondamentale du capitalisme. » J. A. Schumpeter, 1942

 Selon Joseph Aloïs Schumpeter, chaque cycle peut être rattaché à l’introduction d’innovations majeures qui se déclinent ensuite sous plusieurs formes (innovations mineures) dans d’autres branches. Ainsi les innovations apparaissent par « grappes », entraînant d’importants gains de productivité et une phase d’expansion économique.

Au fil du temps, on assiste à un épuisement des innovations majeures et le progrès technique se ralentit (processus de destruction). Arrive alors une période de crise qui incite les entrepreneurs à innover et enclencher un nouveau processus de création .

Conclure

L’activité économique n’étant pas linéaire, il est possible de repérer des cycles économiques de durée et d’ampleur variables.