L’intérêt pour la politique

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : La participation politique
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
L’intérêt pour la politique

FB_Bac_98605_SspT_ES_017

17

41

5

Contrairement à certaines idées reçues, l’intérêt pour la politique ne va pas de soi. Comment le définir et quels en sont les facteurs déterminants ?

1Qu’est-ce que l’intérêt pour la politique ?

AUne définition multiforme

 L’intérêt pour la politique peut s’appréhender de multiples façons : inscription sur les listes électorales, participation aux scrutins électoraux, engagement associatif, connaissances relatives aux activités politiques, etc.

 Il peut se définir comme un rapport plus ou moins fort à la politique. Ce rapport peut parfois être objectivé par des indicateurs précis tels que le degré de participation à des élections ou le militantisme politique (>fiche21). Ce rapport à la politique revêt également une dimension subjective importante, lorsque les individus se déclarent intéressés ou non.

BComment mesurer l’intérêt pour la politique ?

 La mesure de l’intérêt pour la politique est une opération délicate. Il est difficile d’en construire un indicateur unique et objectif.

 Ainsi, l’intérêt pour la politique ne peut s’appréhender uniquement au regard de la participation électorale. En effet, l’abstention électorale* n’est pas toujours un indicateur pertinent de désintérêt pour la politique : elle peut aussi être liée à une offre électorale jugée insuffisante (>fiche25). En outre, la participation électorale n’est qu’une des formes de la participation politique (>fiche20).

 Le Centre de recherches politiques de Sciences Po (cevipof) construit depuis quelques années un indicateur de « l’implication » des citoyens à l’égard du système politique en mesurant trois éléments : le degré d’intérêt pour la politique, le positionnement sur l’échelle gauche-droite, la confiance dans la gauche ou la droite pour gouverner. Selon cet indicateur, les données du baromètre politique fin 2013 indiquaient que 31 % des personnes interrogées déclaraient être « dégoûtées » par la vie politique contre 23 % en décembre 2010.

2Un intérêt pour la politique inégalement distribué

AQuelques variables sociologiques


citation « Si l’on considère le niveau d’intérêt porté à la politique [par les jeunes], il n’y a pas d’écart probant avec les autres classes d’âge. » A. Muxel, 2012

 Qu’il soit mesuré par des indicateurs objectifs ou subjectifs, l’intérêt pour la politique est fortement influencé par certaines variables discrimantes.

  • Il est croissant lorsque la position sociale et le niveau de diplôme s’élèvent.
  • Les femmes se déclarent moins souvent intéressées par la politique que les hommes.
  • L’âge affecte surtout le degré de participation électorale (>fiche24) : l’abstention et la « non-inscription » sur les listes électorales sont plus élevées chez les jeunes et chez les plus âgés. Mais celui-ci n’est pas toujours synomyme de faible intérêt pour la politique (>fiche25).

 L’intérêt pour la politique peut aussi être influencé par des effets de contexte (proximité d’une échéance électorale, enjeux politiques de la période plus ou moins forts, etc.).

BComment expliquer l’inégal intérêt pour la politique ?

 La précocité de la socialisation politique* est un facteur propice à l’émergence d’un intérêt pour la politique. Cet effet est renforcé lorsque l’identification partisane est forte, notamment dans la sphère familiale.

 L’intérêt pour la politique est aussi étroitement lié au sentiment de compétence politique. Celle-ci s’exprime par la capacité à se situer dans l’espace des opinions politiques et par le fait de se sentir autorisé à émettre une opinion.

 Ces deux aspects de la compétence politique sont fortement corrélés au niveau de diplôme et à la position sociale : plus ils sont élevés et plus le sentiment de compétence politique est important.

Conclure

L’intérêt pour la politique conditionne la participation politique. Il est fortement corrélé à certaines variables sociologiques.

>>