La chrétienté médiévale

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : Sociétés et cultures de l’Europe médiévale du XIe au XIIIe siècle
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
La chrétienté médiévale
 
 

FB_Bac_98613_Hge2_TT_008

8

25

3

(>?rabats,IVetV)

Peut-on parler de renouveau chrétien ?

1L’Église et la société politique

ALa crise de l’Église au XIsiècle

L’Église traverse une grave crise morale qui se manifeste par :

– la simonie c’est-à-dire le trafic des charges ecclésiastiques ou des biens spirituels (sacrements…) ;

– le nicolaïsme c’est-à-dire le désordre des mœurs (mariage et concubinage des clercs astreints au célibat).

BLa réforme grégorienne

Commencé par les papes Léon IX et Nicolas II, le redressement de l’Église est poursuivi par Grégoire VII (1073-1085).

? La réforme grégorienne est d’abord morale et disciplinaire : obligation du célibat et interdiction du concubinage des prêtres, condamnation de la simonie.

? La libération de la tutelle des laïcs est le second volet de la réforme : élection des papes par le collège des cardinaux, condamnation des investitures laïques. Ce point est à l’origine de la querelle des Investitures (elle oppose le pape et les empereurs germaniques qui se considèrent comme les représentants de Dieu sur terre).

2Le renouveau spirituel

ALe succès du monachisme

Vers 1100, la vitalité du monarchisme est à son apogée.

?L’abbaye de Cluny (fondée en 910) est la plus grande d’Occident. Mais à force d’intervenir dans les affaires de la chrétienté, ses abbés perdent de vue l’idéal monastique fondé sur le retrait du monde.

? La richesse de Cluny et ses excès liturgiques sont critiqués. De nouveaux ordres se développent, comme l’ordre cistercien qui encourage l’ascétisme, la rigueur liturgique et le travail des moines.

BLa montée des contestations

Au milieu du xiisiècle, l’Église semble très puissante. Mais de nouvelles difficultés apparaissent. Le relâchement de l’observance de la règle de saint Benoît chez les clunisiens puis chez les cisterciens, la richesse de l’épiscopat, le faible niveau d’instruction du bas clergé sont à l’origine d’un désir de retour profond à l’Église des origines.

? Les principales hérésies sont le valdéisme et le catharisme.

  • Pierre Valdo, un riche lyonnais, décide vers 1170 de tout quitter pour prêcher la pauvreté et le retour à l’Évangile. D’abord approuvée, sa doctrine est ensuite condamnée.
  • Le catharisme est très répandu au xiisiècle dans le midi de la France. Se sentant menacée, l’Église entreprend la croisade contre les Albigeois (1209-1244). L’Inquisition est instituée par la papauté pour lutter contre les hérésies.

CLes ordres mendiants

Apparaissant au xiiisiècle, les ordres mendiants répondent à l’exigence de pauvreté volontaire, individuelle et collective. Les principaux sont les dominicains et les franciscains.

3La christianisation de l’Europe

La christianisation (qui s’accompagne de la mise en place des structures ecclésiastiques) élargit progressivement la chrétienté latine aux régions périphériques du Nord et de l’Est de l’Europe païenne, et au Sud de l’Europe (aux dépens de l’islam et de l’Église byzantine).

?En Europe centrale, plusieurs appels à la croisade contre les populations païennes sont lancés au xiisiècle (les Chevaliers teutoniques). La conversion est parfois obtenue par la violence et suscite de vives résistances.

?En Espagne, la conquête musulmane avait laissé subsister quelques petits royaumes chrétiens (Léon, Navarre, comté de Barcelone). Au nom de la foi religieuse, ces petits États entreprennent l’œuvre de la Reconquête (Reconquista). Elle se poursuivra jusqu’au xvsiècle (prise de Grenade en 1492).

Conclure

Un renouveau chrétien est visible dans le renforcement de l’autorité pontificale, le recul de l’hérésie et l’expansion de la chrétienté.