La libération formelle

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : La poésie du XIXe au XXe siècle : du romantisme au surréalisme
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
La libération formelle
 
 

FB_Bac_98609_Fra2_TT_037

37

85

4

Tout au long du XIXsiècle, des poètes gênés par les contraintes des règles de la versification ont mené une véritable révolution formelle. Ils ont libéré le vers et le poème, montrant que la poésie pouvait être partout, même dans la prose.

1La libération du vers

ALe vers libéré

? Certains des plus grands poètes romantiques, à commencer par Hugo, mettent en cause la versification traditionnelle. Ils proposent ainsi des scansions hardies ou des enjambements provocants. Ils s’attaquent par exemple à l’alexandrin, dont ils cherchent à contourner la séparation trop rigide en deux hémistiches égaux.

? Leurs successeurs creusent ce sillon en inventant le vers libéré. Ce dernier s’inspire du vers traditionnel, mais ne respecte pas les règles de la scansion classique et ne comporte pas de rimes au sens strict.

BLe vers libre

? Les vers libres marquent une nouvelle étape dans cet affranchissement des règles. Ils sont de longueur et de rythme très variables, et ne respectent ni les règles classiques de la versification, ni les rimes traditionnelles.

? Les vers libres conservent cependant quelques points communs avec les vers réguliers : ils jouent comme eux sur les sonorités (assonances et allitérations) et sur les rythmes (notamment par un retour régulier à la ligne, qui permet de les identifier comme des vers).

CLe verset

? Le verset peut être considéré comme une évolution du vers libre : il désigne une séquence qui excède le plus souvent les limites du vers, jusqu’à occuper un paragraphe entier. Unité syntaxique des textes sacrés, dont la Bible, il se répand dans la poésie du début duxxe siècle sous la plume de poètes tels que Claudel ou Cendrars.

2L’invention du poème en prose

Cet affranchissement des règles traditionnelles n’a pas seulement touché le vers : il s’est aussi étendu à l’ensemble du poème, en particulier dans ce que l’on a appelé, à la suite de Baudelaire, des poèmes en prose.

ACaractéristiques du poème en prose

? L’inventeur du poème en prose est Aloysius Bertrand : son recueil Gaspard de la nuit (1842) rassemble des textes brefs, en prose et non plus en vers (autrement dit sans retour à la ligne), mais pourtant donnés par l’auteur comme des poèmes.

? Le poème en prose refuse donc la versification traditionnelle (vers, rimes, strophes…) mais témoigne d’un travail particulièrement riche sur les sons (assonances et allitérations), sur les rythmes et sur les images, rejoignant en cela la poésie traditionnelle.

? Le poème en prose est relativement difficile à identifier, puisque sa forme ne le différencie pas directement d’une courte nouvelle. Pour l’identifier, on recherchera donc la présence de jeux sonores et rythmiques ou d’un travail de l’image particulièrement poétique.

BDistinction entre poème en prose et prose poétique

? Il ne faut pas confondre le poème en prose avec la prose poétique, qui s’est développée à la fin du xviiie et au début du xixsiècle (dans les textes de Rousseau par exemple). Elle caractérise des textes en prose qui empruntent à la poésie ses procédés les plus caractéristiques (jeux sur les rythmes et les sons particulièrement riches).

? La prose poétique est un moyen d’expression, mais ne constitue pas un genre en soi : elle apparaît dans des récits autobiographiques et des textes à tonalité lyrique, mais ne relève pas de la poésie à strictement parler.

Conclure

La poésie connaît donc une évolution décisive entre le XIXe et le XXsiècle ; ses formes se libèrent, ses frontières avec les autres genres sont de plus en plus perméables.