La pérennité de l’espèce chez les angiospermes

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Génétique et évolution
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
La pérennité de l’espèce chez les angiospermes

FB_Bac_98621_SvtT_S_022

22

49

4

1La pollinisation

 La reproduction chez les végétaux est obtenue par dépôt du grain de pollen au sommet du style à la base duquel se situe le ou les ovule(s) au sein de l’ovaire. On parle de pollinisation.

 Les plantes étant fixes, la pollinisation est facilitée par des facteurs environnementaux, comme l’action du vent qui permet le transport du grain de pollen d’une fleur à une autre. Certains dispositifs allégeant le grain de pollen peuvent également faciliter son transport entre deux plantes fixes.

 La plupart des plantes à fleurs ont une pollinisation qui dépend d’insectes pollinisateurs. Leur frottement involontaire aux étamines lorsqu’ils viennent se nourrir du nectar d’une fleur fait tomber du pollen qui s’accroche à eux (doc.1). Le pollen est ensuite déposé de la même façon sur le pistil d’une autre fleur lorsqu’ils vont s’y nourrir.

Doc. 1 La pollinisation chez les angiospermes.

 Ce mode de pollinisation est le fruit d’une lente coévolution permettant une adaptation à la vie fixée ; les plantes développent des couleurs, formes et odeurs, attractives pour les insectes qui, quant à eux, développent des appendices buccaux de prélèvement du nectar adaptés à une ou deux espèces spécifiques.

2La transformation de la fleur en fruit

 L’ovule fécondé par le grain de pollen se transforme en graine qui contient la descendance de la plante dont elle devient le vecteur de dispersion(doc.2). La graine assure ainsi la survie de l’espèce.

 Cette dispersion peut se faire sur des distances importantes grâce à différents dispositifs.

L’ovaire après fécondation se transforme en fruit qui contient la ou les graines selon le nombre d’ovules présents. Le fruit peut avoir un rôle protecteur contre les milieux parfois très secs, mais il peut aussi avoir un rôle attracteur pour les animaux, notamment lorsqu’il est coloré.

Doc. 2 La transformation de la fleur en fruit.

3La dispersion des graines favorisée par la coévolution

Des mécanismes, résultats d’une lente coévolution, permettent la dispersion des graines et donc de l’espèce sur de larges territoires. Ils peuvent être :

– des crochets permettant aux graines de s’accrocher aux poils des animaux ;

– des graines suffisamment résistantes pour résister à un passage dans l’intestin d’un animal et pouvant germer très loin de leur lieu de consommation après rejet dans les déjections ;

– des formes attractives pour des animaux faisant des réserves de graines qu’ils enterrent (l’attractivité est souvent couplée à la résistance des graines).

>