La phylogénie du genre Homo

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Génétique et évolution
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
La phylogénie du genre Homo

FB_Bac_98621_SvtT_S_017

17

39

3

Un arbre phylogénétique est une représentation qui permet de rendre compte des relations de parenté entre les êtres vivants.

1Le principe de construction d’un arbre phylogénétique

 Les relations de parenté sont déduites de l’analyse de caractères morphologiques, anatomiques ou embryologiques.

 Pour chaque caractère étudié, il est essentiel de déterminer son état primitif ou dérivé car le seul fait de partager des états dérivés de caractères témoigne d’une étroite parenté.

 L’état dérivé d’un caractère apparaît dans le temps, après l’état ancestral ou primitif, il correspond à une innovation évolutive. Tous les individus qui possèdent un même état dérivé d’un caractère l’ont acquis d’un ancêtre commun chez qui il est apparu pour la première fois.

 Dans un arbre phylogénétique, chaque nœud correspond à un ancêtre commun. Ce dernier reste hypothétique et ne correspond pas à une espèce fossile précise. Les innovations évolutives sont placées entre chaque nœud.

2Plusieurs arbres phylogénétiques pour le genre Homo

 Suivant le caractère choisi pour établir une phylogénie, il est possible d’obtenir des arbres phylogénétiques différents.

 Par exemple, en choisissant les caractères « trou occipital » et « capacité cérébrale », il est possible de construire l’arbre 1 (doc.). Cet arbre montre qu’Homo habilis est plus apparenté avec Paranthropus boisei pour ces deux caractères, son appartenance au genre Homo est donc controversée.

 Le caractère « forme de la cage thoracique » permet de préciser la phylogénie du genre Homo avec deux espèces plus apparentées : H. sapiens et H. neandertalensis car elles partagent le caractère dérivé « cage thoracique en forme de tonneau » (arbre 2, doc.).

Doc. Deux arbres phylogénétiques possibles de certaines espèces du genre Homo.

3Les phylogénies établies à partir de caractères culturels

 Le genre Homo a longtemps été caractérisé par son habileté à fabriquer des outils, d’où le nom d’Homo habilis, « l’Homme habile » donné à son premier représentant. L’attribution spécifique de cette capacité au genre Homo est aussi controversée.

 En effet, plusieurs espèces (H. habilis, H. rudolfensis et deux espèces de paranthropes) ont été associées aux plus anciens outils de pierre taillée, sans que l’on soit capable de savoir laquelle de ces espèces a inventé l’outil de pierre taillée : l’invention de l’outil n’est donc pas un caractère dérivé du genreHomo.

 En revanche, la fabrication des bifaces peut être associée à Homo ergaster (« l’Homme artisan »), et si H. sapiens et H. neandertalensis ont développé un outillage diversifié, ce n’est qu’avec H. sapiens qu’apparaissent les premières manifestations artistiques.

 Il n’y a donc pas d’arbre phylogénétique consensuel du genre Homo car la construction précise de cet arbre est controversée dans le détail, selon les caractères étudiés.

>