La poésie au xviiie siècle

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de - 1re L - 1re ES - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Les mouvements littéraires
Corpus Corpus 1
La poésie au xviiie siècle

FB_Bac_99066_Lit1_F40

40

75

4

L’esprit philosophique et le culte de la raison créent un climat peu propice à la poésie. Seul André Chénier (1762-1794) témoigne d’une véritable inspiration poétique.

1 Une vie bouleversée

 Né à Constantinople, André Chénier termine ses études à Paris. Passionné de culture grecque, sa vocation poétique s’éveille très tôt.

 Il accueille la Révolution avec enthousiasme mais s’oppose aux excès des Jacobins. Il est emprisonné puis guillotiné. Ses œuvres ne seront publiées qu’en 1819.

2 L’œuvre poétique d’André Chénier

La poésie de Chénier, lyrique et engagée, annonce le romantisme.

 Dans les Élégies (1781-1787), sur le mode lyrique, le poète chante ses amours, ses regrets, sa mélancolie.

 Les Bucoliques (1785-1787) sont de courts poèmes inspirés de la poésie gréco-latine. Le poète se livre à une méditation sur les grands thèmes du lyrisme : la vie, la mort, le temps qui passe…

Elle est au sein des flots, la jeune Tarentine.

Son beau corps a roulé sous la vague marine.

« La jeune Tarentine », Bucoliques

 Dans L’Invention (1788), André Chénier expose son ambition d’allier modernité et classicisme :

Sur des pensers nouveaux faisons des vers antiques.

info Chénier fait passer à son père les manuscrits des Iambes composés en prison, en les cachant dans des paquets de linge.

 Dans le pamphlet des Iambes (1794), André Chénier pousse un cri de révolte contre la Terreur.

Au pied de l’échafaud j’essaye encore ma lyre.

Peut-être est-ce bientôt mon tour.

Iambes