La poésie de la négritude : Senghor, Césaire

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de - 1re L - 1re ES - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Les mouvements littéraires
Corpus Corpus 1
La poésie de la négritude : Senghor, Césaire

FB_Bac_99066_Lit1_F77

77

145

6

C’est à Paris, en milieu étudiant, que naît le projet de défendre et illustrer les valeurs du monde africain et antillais, avec le concept de « négritude », formulé par Césaire et approfondi par Senghor.

1 Léopold Sédar Senghor (1906-2001) : l’expression de la négritude

Léopold Sédar Senghor, né au Sénégal, fait ses études à Dakar et à Paris. C’est là qu’il rencontre le Martiniquais Aimé Césaire avec lequel il fonde la revue L’Étudiant noir en 1934, tout en passant l’agrégation de grammaire en 1935. En 1945, il commence sa double carrière d’homme politique et d’écrivain. Secrétaire d’État sous la IVe République, il devient président de la République du Sénégal en 1960 et le reste jusqu’en 1980.

Chants d’ombre (1945), le premier recueil de Senghor, mêle la poésie lyrique et le rythme du tam-tam.

Femme nue, femme noire

Vêtue de ta couleur qui est la vie, de ta forme qui est la beauté !

J’ai grandi à ton ombre, la couleur de tes mains bandait mes

[yeux.]

« Femme noire », Chants d’ombre, dans Œuvres poétiques, © Éditions du Seuil

Hosties noires (1948) est une prière de paix, un éloge des « tirailleurs sénégalais » enrôlés dans l’armée française en 1939 et morts au combat.

Ô Martyrs noirs, race immortelle, laissez-moi dire les paroles qui pardonnent.

Hosties noires, dans Œuvres poétiques, © Éditions du Seuil

 Dans Éthiopiques (1956), le poète recourt au verset, qu’il reprend à Claudel (>fiche72), pour traduire l’ample rythme ancestral des chants d’Afrique.

Oho ! Congo couchée dans ton lit de forêts, reine sur l’Afrique domptée […]

Mère de toutes choses qui ont narines, des crocodiles des hippopotames

Lamantins iguanes poissons oiseaux, mère des crues nourrice des moissons.

Éthiopiques, dans Œuvres poétiques, © Éditions du Seuil

L’essentiel sur…

la poésie de Senghor

  • Une poésie de la négritude qui célèbre les valeurs africaines.
  • Des thèmes traditionnels : l’amour, la mort, la terre natale…
  • Une heureuse symbiose entre l’héritage africain (images, rythme, couleurs…) et la culture européenne.

2 Aimé Césaire (1913-2008) : un poète de la révolte

 Né en Martinique, Aimé Césaire se rend à Paris pour poursuivre ses études. Il rencontre Léopold Sédar Senghor à Louis-le-Grand. À la Libération, il est élu député de la Martinique sur la liste du Parti communiste, puis maire de Fort-de-France – il le restera jusqu’en 2001. Son œuvre est féconde, à la fois poétique et théâtrale.

 Dans Cahier d’un retour au pays natal (1939) le poète exprime sa révolte, tournée autant contre le Blanc colonisateur que contre le Noir colonisé qui accepte d’être avili parce qu’il se croit inférieur.

C’était un très bon nègre,

la misère lui avait blessé poitrine et dos et on avait fourré dans sa pauvre cervelle qu’une fatalité pesait sur lui qu’on ne prend pas au collet ; qu’il n’avait pas puissance sur son propre destin ; qu’un Seigneur méchant avait de toute éternité écrit des lois d’interdiction en sa nature pelvienne ; et d’être le bon nègre ; de croire honnêtement à son indignité, sans curiosité perverse de vérifier jamais les hiéroglyphes fatidiques.

C’était un très bon nègre

et il ne lui venait pas à l’idée qu’il pourrait houer, fouir, couper tout, tout autre chose vraiment que la canne insipide.

C’était un très bon nègre.

Cahier d’un retour au pays natal, © Éditions Présence africaine

L’essentiel sur…

la poésie de Césaire

  • Des écrits véhéments : la dénonciation des souffrances d’un peuple colonisé.
  • Une violence verbale qui traduit la révolte.