La réaction inflammatoire, un exemple d’immunité innée

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Quelques aspects de la réaction immunitaire
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
La réaction inflammatoire, un exemple d’immunité innée
 
 

FB_Bac_98621_SvtT_S_041

41

97

1

L’immunité innée est la première à intervenir lors de situations variées (lésion d’un tissu, infection, cancer). La réaction inflammatoire aiguë (très rapidement mise en œuvre) en est le mécanisme essentiel. Elle agit seule dans un premier temps, puis va préparer le déclenchement de la réponse immunitaire adaptative et se prolongera durant toute la réponse immunitaire.

1Les symptômes stéréotypés de la réaction inflammatoire

 La réaction inflammatoire se déclenche dès qu’un tissu est atteint. Elle a pour but de mobiliser un maximum de cellules immunitaires sur le lieu de la lésion.

 Elle débute par la libération de médiateurs chimiques par les mastocytes et certains granulocytes.

 Les médiateurs chimiques de l’inflammation permettent d’augmenter la dilatation des vaisseaux sanguins (vasodilatation) situés près de la lésion.

 La vasodilatation accroît l’augmentation du débit sanguin vers la lésion, d’où la rougeur et la chaleur des tissus concernés.

Doc. 1 Première phase de la réaction inflammatoire.

 

 Les médiateurs chimiques ont aussi pour rôle d’augmenter la perméabilité au plasma des vaisseaux sanguins. Le plasma s’échappe alors de la circulation sanguine et s’accumule localement, causant un gonflement du tissu, ou œdème.

 L’œdème est responsable de la compression des terminaisons nerveuses, à l’origine d’une sensation de douleur.

 Les agents pathogènes sont piégés dans un caillot et ne peuvent se propager dans les tissus environnants.

2Mobilisation des phagocytes pour la réaction inflammatoire

 Dès le début de l’inflammation, le lieu de la lésion est envahi par de nombreux phagocytes (monocytes, granulocytes et certains macrophages).

 Les phagocytes passent du sang vers les cellules du tissu infecté.

 Les monocytes se différencient en macrophages qui réalisent, avec les granulocytes, la phagocytose, afin d’éliminer les agents pathogènes et les débris cellulaires.

Doc. 2 Seconde phase de la réaction inflammatoire.

 

 À l’issue de la phagocytose, les macrophages deviendront des cellules présentatrices de l’antigène, préparant ainsi le déclenchement de l’immunité adaptative.

 L’objectif de la réaction inflammatoire est d’éliminer les agents pathogènes de la région lésée afin de permettre la guérison. Mais, parfois, la réponse immunitaire est chronique (exemple dans le cas des maladies auto-immunes), et un traitement par médicaments anti-inflammatoires est alors prescrit par le médecin, afin de réduire l’inflammation ainsi que la douleur (effet antalgique).