La République bourgeoise (1794‑1799)

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : Révolutions, libertés, nations, à l’aube de l’époque contemporaine
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
La République bourgeoise (1794?1799)
 
 

FB_Bac_98613_Hge2_TT_023

23

xx

5

(>?rabats, IV etV)

Comment la Révolution française s’est-elle terminée ?

1La réaction bourgeoise

AL’esprit du Directoire

? La chute de Robespierre et des Montagnards est suivie par la mise en place d’un régime conservateur : le Directoire. La Terreur est interrompue, car devenue inutile, et ses principaux responsables sont guillotinés. La loi des suspects et la loi du maximum sont abrogées. En matière religieuse, les Thermidoriens tolèrent l’exercice du culte pour tous les prêtres qui ont fait acte de soumission aux lois de la République.

? Mais les députés sont attachés à la Révolution : une insurrection royaliste sera écrasée à Paris le 13 vendémiaire an iv (5 octobre 1795) par le général Bonaparte.

BLa Constitution de l’an III

La Constitution (1795) consacre la séparation des pouvoirs.

? Pour éviter qu’il ne soit trop puissant, le pouvoir législatif est partagé entre le Conseil des Cinq-Cents (qui a l’initiative des lois) et le Conseil des Anciens (qui vote les lois et le budget).

? Le pouvoir exécutif est confié à cinq directeurs (le Directoire) nommés par le Conseil des Anciens sur présentation du Conseil des Cinq-Cents.

? Aucun rapport entre les deux pouvoirs n’est prévu.

? Seuls peuvent voter 30 000 riches propriétaires.

2L’échec du Directoire (1795-1799)

ADes débuts difficiles

?À l’intérieur, le Directoire fait face à des oppositions multiples.

  • La menace royaliste pousse à exiger que les deux tiers des membres des nouvelles assemblées soient pris dans l’ancienne Convention (1795) ou à casser l’élection dans 49 départements (1797). Dès le départ donc, le principe libéral de l’élection est violé.
  • La peur du peuple exigeant du pain et le retour à la Constitution de l’an i, et se dressant contre la jeunesse dorée conduit à l’écrasement par l’armée des émeutes de la faim (1795). C’est cette même peur qui conduit à l’élimination de Babeuf (1797) qui rêvait de l’établissement d’une dictature populaire, de la suppression de l’héritage et la mise en commun des richesses du sol (la Conjuration des Égaux).
  • Pour conserver la majorité à la Convention, le Directoire annule l’élection des députés jacobins (1798).

?À l’extérieur, la situation s’améliore. Après Fleurus (juin 1794), des victoires assurent la sécurité du territoire national.

BLe coup d’État du 18 Brumaire

? Le régime est discrédité (corruption de la classe politique) et le fossé entre les riches et les pauvres augmente. La guerre civile reprend dans l’ouest du pays.

? Convaincu de l’urgence de réformer la Constitution, Sieyès (un des directeurs) persuade le général Napoléon Bonaparte (de retour d’Égypte) de mener à bien le coup d’État du 18 Brumaire an viii (9 novembre 1799) qui met fin au Directoire. Le pouvoir exécutif est confié à trois consuls provisoires : Bonaparte, Sieyès et Roger Ducos.

Biographie

 

Napoléon Bonaparte (1769-1821)

  • Corse de petite noblesse, officier avant 1789, il adhère aux idées de la Révolution. Il se distingue lors du siège de Toulon contre les Anglais (décembre 1793). L’année suivante, il est promu général. Il se range alors aux côtés de la Montagne contre les Girondins.
  • Après le 9 Thermidor, il tombe en disgrâce, mais après avoir réprimé l’émeute du 13 Vendémiaire (1795) il obtient, grâce à Barras, le commandement de l’armée d’Italie, ce qui lui donne l’occasion de révéler ses talents militaires. Après la campagne d’Égypte en 1798, il mène à bien le coup d’État du 18 Brumaire.
  • Après son coup d’État, il dirige le pays pendant quinze ans : sous le Consulat (1799-1804), puis l’Empire (1804-1814).
Conclure

Le 18 Brumaire met fin à la décennie révolutionnaire (1789-1799) et ouvre l’ère napoléonienne (1799-1814).