La République et la question ouvrière : le Front populaire (1936‑1938)

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S | Thème(s) : Les Français et la République - La République française face aux enjeux du XXe siècle
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
La République et la question ouvrière?: le Front populaire (1936?1938)L•ES•S
 
 

FB_Bac_98612_Hge1_TT_023

23

57

5

Quelles réponses le Front populaire apporte-t-il aux attentes du monde ouvrier ?

11936 : la victoire du Front populaire, un espoir pour les salariés


 

citation « Il est revenu un espoir, un goût du travail, un goût de la vie. La France a une autre mine et un autre air. » L. Blum, 1936

?Alliance politique entre les forces de gauche (socialistes, radicaux, communistes), le Front populaire est conclu en 1935 dans un contexte de crise économique et de montée de l’extrême droite (crise du 6 février 1934). En mai 1936, il remporte les élections législatives. Le socialiste Léon Blum forme un nouveau gouvernement. Alors qu’elles n’ont pas le droit de vote, trois femmes occupent des fonctions de sous-secrétaires.

? La victoire de la gauche s’accompagne d’un vaste mouvement de grèves où les usines sont spontanément occupées dans une ambiance festive.

2Les réformes économiques et sociales

ALes accords Matignon

? Dès le 7 juin au soir, Léon Blum réunit à Matignon les représentants des travailleurs et les responsables patronaux. Dans la nuit, les accords Matignon sont signés. Ils prévoient une hausse des salaires de 12 % en moyenne (15 % pour les plus bas, 7 % pour les plus élevés), la reconnaissance du droit syndical et l’institution de délégués du personnel dans les établissements de plus de dix salariés.

? Les accords Matignon n’entraînent pas immédiatement la fin des grèves, qui se poursuivent jusqu’au 12 juin.

BLes lois sociales

? Les accords Matignon sont prolongés par toute une série de réformes votées en juin par le Parlement : institution de quinze jours de congés payés pour tous les salariés du commerce et de l’industrie, semaine de travail de 40 heures (elle était alors de 48 heures), et réforme du système des conventions collectives.

? Au cours de l’été 1936, de nombreux Français partent en vacances pour la première fois ; des billets de congés payés à tarif réduit sont mis en place (les billets Lagrange).

? En juillet-août, la vague de réformes se poursuit. La Banque de France est réformée pour limiter le pouvoir des « 200 familles », les usines d’armement sont nationalisées, la scolarité obligatoire est prolongée jusqu’à 14 ans (13 ans auparavant) et un Office national du blé est créé pour contrôler le prix des céréales. La nationalisation des Chemins de fer est décidée en 1938.

3Les difficultés et la fin du Front populaire

? Rapidement, les difficultés s’amoncellent :

– le Front populaire rencontre rapidement des difficultés économiques : augmentation des coûts salariaux pour les entreprises, fuite des capitaux, inflation qui annule la hausse des salaires accordée par les accords Matignon, chômage ;

– il est violemment attaqué par l’extrême droite qui s’en prend à la politique et à la personne de Léon Blum (attaques antisémites) ; la presse se déchaîne contre les ministres et surtout contre Roger Salengro, ministre de l’Intérieur, qui met fin à ses jours le 18 novembre 1936 ;

– les partis se divisent sur la question de l’intervention dans la guerre civile d’Espagne.

?Léon Blum démissionne le 22 juin 1937. Rappelé au pouvoir en 1938, il forme un deuxième Gouvernement qui ne durera qu’un mois (13 mars-10 avril).

? Le radical Édouard Daladier, à la tête du nouveau Gouvernement, annonce sa décision de « remettre la France au travail ». Il assouplit la loi sur les 40 heures, relance l’industrie d’armement et signe les accords de Munich avec l’Allemagne nazie en septembre 1938 (annexion des Sudètes).

Conclure

En 1936, grâce à une forte mobilisation, les salariés français obtiennent la semaine de travail de 40 heures et les premiers congés payés. Mais deux ans plus tard, les 40 heures, symbole majeur des conquêtes sociales du Front populaire, sont remises en cause.

>

>