Le conflit israélo-palestinien

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Un foyer de conflits : le Proche et le Moyen-Orient depuis 1945
Corpus Corpus 1
Le conflit israélo-palestinien

FB_Bac_98614_HgeT_S_015

15

39

3

(>rabatVI)

Comment les enjeux du conflit israélo-palestinien rendent-ils si difficile la conclusion d’une paix ?

1Les origines de la question palestinienne

 Le sentiment national palestinien émerge à la fin du xixe siècle et se renforce après l’exil imposé en 1948, la création d’Israël, les guerres successives et la résistance à l’occupation israélienne.

 En 1964, l’olp (Organisation de libération de la Palestine) est créée sur décision de la Ligue arabe. Yasser Arafat, dirigeant du Fatah, en prend la tête en 1969. En 1974, elle obtient un statut d’observateur à l’onu.


citation « Je viens à vous avec un rameau d’olivier dans la main gauche et une mitraillette dans la droite. Ne faites pas tomber le rameau d’olivier. » Y. Arafat, 1974

 Le terrorisme, moyen d’action choisi par l’olp, dessert sa cause. Il révèle cependant la mutation du problème palestinien, qui passe de la question des réfugiés à celle d’un « peuple sans État ».

2Des conflits à répétition

ALes guerres israélo-arabes

Quatre guerres opposent Israël à ses voisins arabes, en 1948-1949, 1956, 1967 et 1973. À chaque fois, l’État hébreu sort victorieux, grâce au soutien militaire des États-Unis. (>fiches12et13)

 Après la guerre du Kippour (1973), l’Égypte, qui a choisi l’ouverture vers l’Occident, engage des négociations de paix avec Israël, qui aboutissent en 1978.

 En réaction, des pays arabes constituent un « front de la fermeté » contre le processus de paix et excluent l’Égypte de la Ligue arabe.

BLes guerres du Liban (1975-1990)

 Le terrain d’affrontement se déplace alors au Liban, que l’olp utilise comme base arrière. L’olp s’allie avec les partis progressistes libanais. En 1975, le Liban plonge dans la guerre civile.

 Longue et meurtrière, celle-ci est marquée par les interventions de la Syrie et d’Israël. En 1982, par l’opération « Paix en Galilée », Israël envahit le Liban et assiège Beyrouth. L’olp doit évacuer la ville.

CLe soulèvement des territoires occupés

 En 1987, les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie se révoltent contre l’occupation israélienne, déclenchant la première Intifada.

 La population, née sous l’occupation, est mue par la volonté de reconquérir liberté et dignité, au moment où Israël implante des colonies dans les territoires occupés.

3L’échec des processus de paix successifs

ALes espoirs déçus d’Oslo

 En novembre 1988, l’olp proclame l’existence d’un État palestinien indépendant et condamne le terrorisme. En 1993, les accords d’Oslo ouvrent un processus de paix et créent l’Autorité palestinienne, tandis qu’Israël et l’olp se reconnaissent mutuellement.

 Cependant, des divergences dans l’application de l’accord, la reprise d’attentats palestiniens et l’intransigeance du Premier ministre Netanyahou bloquent le processus.

BDes horizons incertains

 Une seconde Intifada éclate en septembre 2000, en réaction à la visite du chef du Likoud, Ariel Sharon, sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem. La bande de Gaza est évacuée en 2005.

 Les progrès électoraux du Hamas, de mouvance islamiste, perturbent les équilibres au sein de l’Autorité palestinienne, rendant difficile une stabilisation politique. À partir de 2007, deux gouvernements palestiniens coexistent, l’un à Gaza tenu par le Hamas, l’autre en Cisjordanie, contrôlé par le Fatah.

Conclure

Le conflit israélo-palestinien qui, à la suite de la création de l’olp, procède du conflit israélo-arabe, joue un rôle central pour la stabilité du Proche et du Moyen-Orient. Les problèmes de la reconnaissance de l’État d’Israël
par ses voisins et de la création d’un État palestinien
ne sont toujours pas réglés.

>