Le continent américain sous tensions

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle L - Tle ES | Thème(s) : L'Amérique : puissance du Nord, affirmation du Sud


Quelles tensions animent le continent américain ? Sont-elles régionales ou liées à l’hégémonie des États-Unis ?

1 Des tensions régionales

A Des tensions interétatiques durables…

 Les États américains ont beaucoup en commun : nouveaux mondes, peuplement européen, passé esclavagiste et colonial, tradition chrétienne… Pourtant, depuis les indépendances, nombreuses sont les tensions interétatiques et les contestations frontalières.

 La plupart des modifications territoriales ont eu lieu à l’amiable avant 1945. Mais certaines tensions perdurent : ainsi, la Bolivie revendique toujours l’accès à la mer qu’elle perdit entre 1879 et 1884 au profit du Chili.

B … souvent dues à des constructions nationales tardives

 Pays neufs, les États américains souffrent d’un contrôle territorial inégal, avec des frontières assez perméables, donc plus qu’ailleurs sujettes à différends.

Leur peuplement est sporadique : la densité américaine n’est que de 23 hab./km² ; et les réseaux de transport sont souvent incomplets.

2 L’hégémonie des États-Unis

A L’affirmation de la puissance états-unienne

 Premier État américain à maîtriser son territoire, les États-Unis ont affirmé très tôt leur volonté tutélaire sur l’ensemble du continent.

 En 1823, la doctrine Monroe affirme l’indépendance de l’Amérique vis-à-vis de l’Europe. Très vite, cet isolationnisme se double d’un impérialisme en direction du Pacifique, de Cuba ou de l’Alaska.

 Théorisé par la politique du « big stick » de Théodore Roosevelt (président des États-Unis de 1901 à 1909), l’impérialisme américain s’accentue avec la guerre froide et l’installation d’un régime communiste à Cuba. Il favorise la mise en place de régimes autoritaires (ex. : Pinochet au Chili).

B Les recentrages post-guerre froide

 La fin de la guerre froide en 1989-1991 favorise le retour de la démocratie en Amérique latine.

 Les interventions états-uniennes se recentrent sur la lutte contre la drogue et contre le terrorisme à partir du 11 septembre 2001.

 Depuis l’élection de Donald Trump à la présidence (novembre 2016), la lutte contre l’immigration clandestine passe au premier plan (projet de mur à la frontière mexicaine).

3 Une domination économique contestée

A L’« aspirateur » nord-américain

 Les États-Unis représentent de loin la première puissance économique du continent, avec un pib de 18 570 milliards de dollars en 2016, contre 1 796 au Brésil.

 Le marché intérieur états-unien agit comme un véritable « aspirateur » des exportations du reste du continent : il absorbe 47 % de celles du Salvador et 81 % de celles du Mexique.

 Les États-Unis sont aussi le premier fournisseur du Mexique (47 % des importations de ce pays) ou de la Colombie (29 %).

B La subordination latino-américaine

 La structure des échanges est marquée par une dissymétrie : les États-Unis exportent des produits à haute valeur ajoutée et importent des matières premières.

 Ces échanges témoignent d’une position latino-américaine dominée dans la mondialisation, subordonnée dans la division internationale du travail .

 Les tentatives d’intégration régionale se définissent toujours en fonction des États-Unis, malgré la lutte contre l’« impérialisme yankee » menée par certains États d’extrême-gauche (Venezuela, Équateur) .

Conclure

Bien que certaines tensions proviennent de différends durables entre États américains, la plupart sont liées à la domination géopolitique et économique des États-Unis sur le reste du continent.