Le degré de concurrence selon les marchés

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re STMG | Thème(s) : Les marchés des biens et services sont-ils concurrentiels ?

A Les courbes d’offre et de demande du marché

La courbe de demande est une fonction décroissante du prix. Sur le marché des biens et services par exemple, les ménages subissent une contrainte budgétaire car leurs revenus sont limités. Par conséquent, plus les prix sont bas, plus ils peuvent acheter des biens pour satisfaire leurs besoins. Intuitivement, nous sommes plus enclins à acheter des vêtements pendant les soldes pour profiter des baisses de prix. Sur un marché, la demande doit être solvable, donc les demandeurs doivent disposer de la quantité de monnaie nécessaire pour procéder à l’échange.

La courbe d’offre est une fonction croissante du prix car plus le vendeur vend cher, plus il est incité à apporter des produits sur le marché pour augmenter son chiffre d’affaires.

Le prix d’équilibre du marché est le prix où toutes les offres et toutes les demandes sont satisfaites. Comme la courbe de demande est décroissante et celle d’offre est croissante, elles se coupent nécessairement en un point. Ce point est le point d’équilibre du marché. Ainsi sur un marché, au prix d’équilibre, les quantités offertes et demandées sont égales.

15493_Eco_Droit_F01_03_stdi

Le prix d’équilibre sur le marché est égal au coût marginal de la production (P = Cm). Si le coût marginal est supérieur au prix de vente unitaire d’un produit, alors la recette unitaire marginale est négative. Il n’y a aucun intérêt à produire à perte. De plus, si le coût marginal est inférieur au prix du marché, alors le producteur fait un bénéfice mais il n’a aucun intérêt à arrêter la production car il peut encore vendre et réalisé du profit. Il s’arrête lorsque la recette marginale devient nulle, donc au prix de marché.

Les agents économiques sont plus ou moins sensibles aux variations de prix en fonction de leur personnalité, de l’utilité qu’ils perçoivent des biens ou services échangés et de la nature des produits.

On mesure la sensibilité des offreurs et demandeurs en calculant l’élasticité de l’offre ou de la demande par rapport au prix :

Élasticité de la demande (e)=Variation relative des quantités demandéesVariation relative des prixeD/p=q2q1q1p2p1p1

L’élasticité de la demande par rapport au prix est négative tandis que l’élasticité de l’offre est positive.

On peut calculer sur le même principe l’élasticité prix de l’offre eO/p et l’élasticité de la demande par rapport au revenu disponible eD/R. Dans ce cas, elle rend compte de la variation des quantités consommées pour une unité de revenu supplémentaire :

si |eD/p| = 0, la demande est rigide. C’est par exemple des produits de base consommés quels que soient les prix ;

si 0 < |eD/p| ≤ 1, alors la demande est faiblement élastique. C’est le cas des carburants dont la consommation ne peut descendre en dessous d’un certain seuil pour se déplacer quand les prix augmentent ;

si |eD/p| > 1, alors la demande est l’élastique. C’est le cas de la plupart des produits lorsque le marché est suffisamment large pour trouver des produits concurrents ;

si |eD/p| = , alors la demande est infiniment élastique. Pour les produits de luxe, quand les prix augmentent, la demande augmente car ce sont des marqueurs sociaux.

B La loi de l’offre et de la demande

Cette loi permet de comprendre l’évolution des prix quand il y a un déséquilibre entre les quantités demandées et offertes. D’après cette loi :

si l’offre est supérieure à la demande, alors les prix baisseront car les offreurs auront des invendus qu’ils chercheront à écouler pour diminuer leur coût en baissant les prix ;

si la demande est supérieure à l’offre, alors les prix augmenteront car des demandes seront insatisfaites et donc le désir des acheteurs grandira. Ils seront prêts à accepter un prix plus élevé pour satisfaire leur besoin.

C La fixation des prix

Les prix se forment librement sur le marché suivant la loi de l’offre et de la demande.

15493_Eco_Droit_F05_01_stdi

Le mécanisme d’ajustement des prix vers le prix d’équilibre du marché est le suivant : au point (a), les producteurs de blé, suite à une bonne récolte, offrent une quantité totale de blé supérieure au besoin du marché (la demande est Qd). Le prix de l’offre totale s’avère être supérieur à celui du marché. Pour vendre cette quantité de blé, il aurait fallu que les prix soient beaucoup plus faibles en Po’ ce qui correspond au point (b) du diagramme.

Les demandeurs font jouer la concurrence entre les producteurs qui décident de baisser leurs prix en Po’ pour éliminer les invendus. Mais à ce prix Po’ les producteurs sont prêts à cultiver et offrir une quantité plus faible de blé (point c sur le diagramme). Par peur d’être rationnés, les demandeurs de blé seraient prêts pour cette quantité à accepter un prix plus élevé Po’’. Au prix Po’’ plus faible que le prix initial Po, la quantité offerte en (a’) est légèrement inférieure à l’offre initiale.

Ainsi, selon la loi de l’offre et de la demande, les offreurs concurrents, pour maintenir leurs parts de marché, sont amenés à baisser progressivement leur prix jusqu’à ce que les quantités offertes et demandées s’égalisent au point d’équilibre du marché.

Le mécanisme d’ajustement mutuel qui conduit à un prix d’équilibre ne fonctionne correctement que s’il n’y a pas d’entrave à la libre concurrence entre les offreurs. Par conséquent, plus un marché se rapproche des conditions de la concurrence pure et parfaite, plus son fonctionnement est optimal. Dans la réalité, seuls les marchés financiers s’approchent des règles de la concurrence pure et parfaite. La plupart des autres marchés s’éloignent de cette norme théorique.

Annabac est gratuit en septembre !

Inscris-toi pour en profiter.