Le développement de l'entreprise et la chaîne de valeur

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re STMG | Thème(s) : Quelles options stratégiques pour les entreprises ?

A Une analyse de la chaîne de valeur

Elle permet de distinguer les activités de base créatrices de valeur des fonctions dites de support. Cette analyse donne à l’entreprise la faculté de mieux percevoir les sources de coût et de valeur, et donc ce qui la démarque de ses concurrents.

B Les choix stratégiques

Ils portent également sur les maillons de la chaîne de valeur que l’entreprise souhaite maîtriser (intégration, externalisation) et sur les modalités de son développement (croissance externe, croissance interne, partenariats), y compris à l’international.

C L’intégration

Elle consiste, pour une organisation, à effectuer un regroupement avec d’autres entreprises, dans le but de réaliser elle-même des activités nouvelles au sein de sa filière de production. Par exemple, un éditeur qui se regroupe avec une imprimerie réalise une opération d’intégration. L’intégration peut s’effectuer dans 3 directions principales : en amont, vers les approvisionnements ; en aval vers les débouchés ; latérale, vers des activités périphériques (centres de recherche, sociétés de financement…).

Lorsque l’entreprise poursuit un objectif d’intégration complète en amont et en aval, on parle de stratégie de filière.

L’intégration peut obéir à une logique industrielle : il s’agit de maîtriser toutes les étapes du cycle d’exploitation grâce à un contrôle des fournisseurs et des distributeurs. Mais souvent, l’intégration est liée à une logique financière : il s’agit alors d’un choix d’investissement destiné à améliorer la rentabilité de l’entreprise.

À savoir

Quelle que soit la modalité juridique (fusion, absorption…), l’intégration peut générer des effets négatifs pour l’entreprise : réduction de la flexibilité, coût d’entrée et augmentation des coûts fixes. De plus, l’entreprise doit maîtriser de nouvelles compétences liées aux activités intégrées et la coordination de l’ensemble des activités est essentielle. Enfin, les rigidités créées rendent la firme plus sensible aux risques conjoncturels (activité cyclique, changements technologiques…).

D L’externalisation

Elle consiste à recourir au marché pour faire faire une activité réalisée jusque-là en interne par l’organisation. Beaucoup d’entreprises, dans le cadre de stratégies de recentrage sur leur métier principal, tendent à abandonner à des tiers des activités auxiliaires comme l’entretien des locaux, la restauration du personnel, la sécurité, les traitements informatiques (confiés à des sociétés d’infogérance), etc.

La stratégie d’externalisation s’accompagne souvent de délocalisation des activités confiées aux entreprises prestataires, parfois à l’étranger (exemple : centres d’appel en Irlande), et du recours au travail à distance (télétravail).

Certaines entreprises poussent à l’extrême la logique d’externalisation pour ne conserver que les activités les plus stratégiques (exemple : Coca-Cola vend les concentrés aux fabricants et garde la maîtrise de sa politique de communication) ou dégageant la plus forte valeur ajoutée.

À savoir

Il n’est pas rare que des entreprises qui ont externalisé une ou plusieurs activités entreprennent la démarche inverse et réintègrent l’activité concernée. L’externalisation présente en effet de nombreux risques : coûts cachés, perte de savoir-faire, dépendance à l’égard de fournisseurs, coûts sociaux…

E Les stratégies de croissance

La plupart des entreprises cherchent à se développer. La croissance d’une entreprise peut se définir comme l’augmentation des dimensions et le changement des caractéristiques de l’entreprise (produits, marchés, technologies, financement, ressources humaines, organisation). Il s’agit donc d’un double processus quantitatif (les dimensions augmentent) et qualitatif (les structures changent). Il existe 2 principales stratégies de croissance :

15493_F09_01_stdi

F L’internationalisation

La croissance d’une entreprise peut également reposer sur une stratégie d’internationalisation. Les nouvelles technologies permettent en effet aux entreprises même les plus modestes de commercialiser leurs produits à l’étranger. Des accords de partenariat avec des firmes étrangères permettent également de pénétrer de nouveaux marchés internationaux.

Annabac est gratuit en septembre !

Inscris-toi pour en profiter.