Le militantisme politique

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : La participation politique
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
&nbsp
Le militantisme politique

FB_Bac_98605_SspT_ES_021

21

49

6

Le militantisme est une forme d&rsquo engagement politique. Comment le d&eacute finir  ? Et  comment  caract&eacute riser ses &eacute volutions  ?

1D&eacute finition et d&eacute terminants du militantisme politique

AQu&rsquo est-ce qu&rsquo un militant  ?

&thinsp Il convient de distinguer le simple adh&eacute rent d&rsquo une organisation politique (parti politique, par exemple) du militant.

&thinsp Ce dernier se caract&eacute rise par un engagement politique plus prononc&eacute , ses activit&eacute s au service du groupe &eacute tant plus importantes. Il participe ainsi &agrave des r&eacute unions, &agrave la diffusion des positions politiques, &agrave l&rsquo animation de campagnes &eacute lectorales, etc.

&thinsp Le militantisme politique ne n&eacute cessite pas l&rsquo inscription dans un parti politique. Militer dans une association ou un syndicat est un engagement tout autant politique.

BQuelques d&eacute terminants de l&rsquo engagement militant

&thinsp Le militantisme politique est directement li&eacute &agrave l&rsquo int&eacute r&ecirc t pour la politique et au sentiment subjectif d&rsquo &ecirc tre dot&eacute d&rsquo une comp&eacute tence politique(&gt fiche17).

&thinsp La socialisation politique* r&eacute alis&eacute e par la famille (&gt fiche16) joue aussi un r&ocirc le essentiel en transmettant (ou non) l&rsquo int&eacute r&ecirc t pour les questions politiques, et en forgeant les repr&eacute sentations de ce qui est (ou non) politique. Il existe donc une forme d&rsquo h&eacute ritage familial de l&rsquo action militante.

&thinsp Cependant, la socialisation politique ne se limite pas &agrave la sph&egrave re familiale. L&rsquo &eacute cole est un lieu d&rsquo initiation aux d&eacute bats politiques et de mobilisation collective. Un tel environnement peut conduire &agrave devenir militant, notamment dans le cadre de syndicats lyc&eacute ens ou &eacute tudiants. L&rsquo adh&eacute sion &agrave des mouvements de jeunesse comme le scoutisme influence l&rsquo inscription dans des organisations politiques.

&thinsp De nombreuses &eacute tudes insistent sur le poids des exp&eacute riences comme facteur d&rsquo engagement militant. Par exemple, &ecirc tre victime de la fermeture d&rsquo une entreprise peut pousser &agrave vouloir militer pour d&eacute fendre ses droits ou plus largement ceux des ch&ocirc meurs.

2Une crise du militantisme  ?

AUne baisse du nombre de militants

&thinsp M&ecirc me si le nombre d&rsquo adh&eacute rents politiques a vari&eacute selon les contextes historiques &ndash le Front populaire, la Lib&eacute ration ont &eacute t&eacute des p&eacute riodes de fort engagement politique &ndash , la France, comparativement &agrave d&rsquo autres pays, n&rsquo a jamais &eacute t&eacute un pays de tr&egrave s fort militantisme.

&thinsp Les partis politiques connaissent une tendance &agrave la baisse du nombre d&rsquo adh&eacute rents. Aujourd&rsquo hui, ceux-ci repr&eacute sentent &agrave peine 1  % de la population adulte. De plus, les donn&eacute es concernant le nombre d&rsquo adh&eacute rents sont particuli&egrave rement opaques. Les partis les plus importants en France en nombre d&rsquo &eacute lecteurs, le Parti socialiste (ps) et l&rsquo Union pour un mouvement populaire (ump), ne comptent actuellement qu&rsquo environ 130 000 adh&eacute rents chacun et peu d&rsquo entre eux sont v&eacute ritablement des militants. La crise du militantisme syndical confirme ces observations.

&thinsp Moins nombreux, les engagements militants seraient aussi de plus en plus souvent circonscrits &agrave des causes pr&eacute cises, moins id&eacute ologiques et plus limit&eacute es dans le temps.

B&Eacute l&eacute ments sociologiques d&rsquo interpr&eacute tation

&thinsp Certains sociologues analysent ces &eacute volutions comme le signe d&rsquo une crise du militantisme dont le repli sur la sph&egrave re priv&eacute e, la perte de confiance dans les institutions politiques et la d&eacute politisation seraient les principaux ressorts.

&thinsp D&rsquo autres approches sociologiques nuancent ces constats en insistant sur le renouvellement des formes d&rsquo engagement (l&rsquo activisme sur Internet, par exemple) et sur la n&eacute cessit&eacute de comprendre les mutations du militantisme au regard du contexte d&eacute favorable dans lequel elles s&rsquo op&egrave rent (ch&ocirc mage de masse, &eacute volution des formes de l&rsquo organisation du travail, r&eacute signation li&eacute e &agrave la mondialisation, etc.).

Conclure

&Ecirc tre un militant politique traduit un fort degr&eacute d&rsquo engagement politique. Le militantisme politique ne concerne qu&rsquo une faible partie de la population.

>>