Le monde de l’agriculture et de l’artisanat (1800-1950)

Merci !

Fiches
Classe(s) : Séries tertiaires - Séries industrielles | Thème(s) : Hommes et femmes au travail en métropole et dans les colonies

A Un monde agricole et artisanal diversifié (1800-1870)

L’agriculture, premier secteur d’emploi en France jusqu’aux années 1930, est un monde diversifié : propriétaires (laboureurs, fermiers), salariés, journaliers (payés à la journée), domestiques… L’activité de toute la famille (homme, femme, enfants) est nécessaire pour vivre. Le chômage saisonnier est fréquent, avec les aléas des récoltes. Beaucoup de paysans complètent alors leurs revenus agricoles en travaillant à domicile (ex. : textile), ou à l’usine.

Les progrès des transports (chemin de fer) permettent au paysan de passer plus facilement d’une activité à une autre : le marchand-fabricant diffuse le travail artisanal dans les villages, où il est récupéré par des employés qui résident en ville. (ex. : l’horlogerie Japy, vers 1860, travaille avec les paysans-artisans des villages situés autour de Montbéliard).

Face à une masse d’ouvriers-paysans peu qualifiés, se trouvent des paysans-artisans qui disposent d’un vrai savoir-faire. Toutefois, les artisans professionnels se distinguent de ceux-ci, car leur haute qualification s’obtient au prix de longues années d’apprentissage et d’expériences avec des maîtres artisans (ex. : les dentellières du Puy).

MOTS-clÉS

Agriculture : activité qui aménage l’espace pour obtenir une production agricole (cultures, élevage). Les plantations destinent leurs productions à l’exportation.

Artisanat : production d’un individu qualifié, qui réalise toutes les étapes.

B Les mutations du travail agricole et artisanal (1870-1950)

La Grande Dépression (1873-1896) est une grave crise économique, accélérée par l’essor des transports et du libre-échange. L’industrie urbaine concurrence fortement les artisanats ruraux isolés, dont la production, fruit d’un long savoir-faire, est plus coûteuse.

La mécanisation gagne progressivement les campagnes après 1850, et de façon plus généralisée dans les années 1920-1930. Le travail manuel se réduit : les machines (moissonneuses, batteuses, faucheuses…) permettent de travailler plus vite, d’augmenter les surfaces cultivées et la production ; les engrais chimiques sont utilisés massivement. La main-d’œuvre paysanne, remplacée par les machines, est de moins en moins nombreuse.

Les progrès des transports (routes, voies ferrées), la mécanisation des campagnes, les difficultés croissantes de l’artisanat et la « Grande Dépression » accélèrent l’exode rural dès les années 1870, le départ massif des populations des campagnes vers l’industrie urbaine. En 1931, la population urbaine dépasse la population rurale en France.

#vidéo

L’impact de la révolution industrielle sur les campagnes

foucherconnect.fr/20pbpro62