Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Quelques aspects de la réaction immunitaire
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Le phénotype immunitaire au cours de la vie

FB_Bac_98621_SvtT_S_046

46

97

1

Le phénotype immunitaire, au niveau moléculaire, correspond à l’ensemble des récepteurs des LB et LT que possède un individu à un moment donné de sa vie. Il change sans cesse, face à la grande diversité des antigènes rencontrés par l’individu, et permet donc à celui-ci de s’adapter aux modifications de son environnement.

1Mémoire immunitaire et vaccination

 La vaccination repose sur la mémoire immunitaire ; elle consiste à déclencher une réponse immunitaire afin que l’organisme produise des cellules mémoires, dont la durée de vie est en général d’une dizaine d’années mais peut atteindre plus de 60 ans (cas de la rougeole).

 La première rencontre avec un antigène engendre une réponse immunitaire primaire, qui se traduit par un délai d’apparition des anticorps de plusieurs jours, le temps que l’antigène soit reconnu, et que les LB activés se multiplient et se différencient en plasmocytes, sécréteurs d’anticorps.

 Certains LB ne se différencient pas en plasmocytes, mais génèrent des lymphocytes B mémoires. Des LT CD4 sont aussi mis en mémoire à partir des LT CD4 sélectionnés.


 La deuxième rencontre avec le même antigène entraîne la réponse secondaire, plus ample, rapide, et efficace. Les lymphocytes mis en mémoire lors de la réponse primaire réagissent très rapidement, ils sont beaucoup plus nombreux que les lymphocytes naïfs de même spécificité dont ils sont issus. Ainsi, les anticorps sont sécrétés plus rapidement par les plasmocytes issus de ces LB mémoires, et en plus grande quantité.

 Les produits immunogènes injectés lors de la vaccination peuvent être des micro-organismes entiers, tués ou vivants, mais en ce cas atténués, ou des particules virales…

 Le pouvoir immunogène de l’antigène peut être augmenté grâce à la présence d’un adjuvant, qui sera mélangé à l’antigène, et injecté avec celui-ci.

 L’adjuvant du vaccin a pour rôle de stimuler la réponse innée, indispensable à l’installation de la réaction adaptative, sans toutefois causer d’effets secondaires. Il prépare l’organisme au déclenchement de la réponse immunitaire adaptative, de même que la réaction inflammatoire prépare la réaction adaptative naturelle.

 La vaccination systématique des populations permet à la fois la protection de l’individu vacciné et une protection collective, limitant le risque d’infection pour les individus non efficacement vaccinés.

2Évolution du phénotype immunitaire au cours de la vie

 Le phénotype immunitaire d’un individu se forge tout au long de sa vie, au gré des expositions aux antigènes rencontrés. Il change donc sans cesse, en s’adaptant à l’environnement dans lequel évolue l’individu.

 L’évolution du phénotype immunitaire se fait naturellement, quand l’individu est en contact avec un antigène, ou artificiellement, lors de la vaccination.

 Il existe une certaine plasticité du système immunitaire adaptatif, mais qui est limitée par la compétition entre les lymphocytes naïfs et les lymphocytes mémoires. En effet, l’organisme produit des lymphocytes naïfs de façon continue et aléatoire tout au long de la viede l’individu, surtout pendant son enfance.

 Mais, au fur et à mesure du temps, le pool de lymphocytes mémoires augmente, et devient beaucoup plus important que celui des lymphocytes naïfs de même spécificité, et la durée de vie des lymphocytes mémoires est beaucoup plus longue. Ainsi, le pool des lymphocytes mémoires finit par être dominant au cours des années.

>