Le registre satirique

Merci !

Fiches
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Analyser et interpréter un texte littéraire, une image


les questions clés

Que dénonce l’auteur ? Quels défauts met-il en valeur ?

Comment l’auteur ridiculise-t-il sa cible ?

A Qu’est-ce le registre satirique ?

 Une œuvre satirique est un texte ou une image argumentative qui ridiculise sa cible pour la critiquer et en faire ressortir les défauts.

mÉthode Pour montrer qu’une œuvre est satirique, il faut identifier de qui ou de quoi elle se moque, expliciter quels traits elle critique et expliquer comment elle ridiculise sa cible.

 Elle implique une prise de distance amusée et vise à s’attirer la complicité du lecteur.

 Une œuvre satirique peut critiquer ou dénoncer :

– des individus, des institutions ou des groupes sociaux ;

– des mœurs, des comportements (condition des femmes, censure…) ;

– des valeurs ou des idéologies (racisme, argent, dictature…) ;

– des traits de la nature humaine (gourmandise, jalousie, violence…).

B Les moyens et procédés de la satire et leurs effets

La satire utilise des procédés propres aux registres polémique (pour critiquer) et comique (pour se moquer).

Procédés utilisés

Effets produits

• vocabulaire péjoratif

• images négatives (comparaisons, métaphores, animalisations

Critiquer la cible, la dégrader

• oppositions et antithèses

Souligner les contrastes

Caricature :

• hyperboles, accumulations

• répétition, gradations

Faire rire, ridiculiser la cible en exagérant ses défauts

Ironie  :

• antiphrase, éloge paradoxal

• implicite (allusions, sous-entendus)

Révéler les absurdités, se moquer avec la complicité du lecteur

• exclamations

• questions rhétoriques

Susciter l’adhésion du lecteur

C Analyser un texte satirique : « Gnathon » (J. de La Bruyère)

 

Gnathon ne vit que pour soi, et tous les hommes ensemble sont à son égard comme s’ils n’étaient point. (…) Il ne se sert à table que de ses mains ; il manie les viandes, les remanie, démembre, déchire, et en use de manière qu’il faut que les conviés, s’ils veulent manger, mangent ses restes. Il ne leur épargne aucune de ces malpropretés dégoûtantes, capables d’ôter l’appétit aux plus affamés (…) Il embarrasse tout le monde, ne se contraint pour personne, ne plaint personne, (…) ne pleure point la mort des autres, n’appréhende que la sienne, qu’il rachèterait volontiers de l’extinction du genre humain.

Jean de La Bruyère, Les Caractères, « De l’homme », 1688.

Cible : un personnage mondain de la haute société (Gnathon).

Traits critiqués : comportement égoïste, sans-gêne et répugnant. La satire dénonce un trait de la nature humaine (portée générale).

Procédés utilisés : vocabulaire péjoratif et hyperboles pour ridiculiser le personnage (caricature) ; répétition du pronom « il », accumulations, réseau d’oppositions entre Gnathon et les autres pour faire ressortir son égoïsme.

D Analyser un dessin de presse satirique

 

02903_F06_01

■ « Humpff ! C’est quoi un écochychtème ? », Plantu, Le Monde, 1er avril 2005.

[Écosystème : ensemble d’organismes vivants qui interagissent entre eux et avec le milieu dans lequel ils vivent.]

Cible : la société de consommation à l’occidentale.

Traits critiqués : les inégalités de richesse, l’égoïsme et l’indifférence des pays occidentaux qui détruisent l’équilibre naturel par leur consommation excessive. La satire porte ici sur un fait de société.

Procédés utilisés : représentation de la Terre sous forme de hamburger (métaphore, mise en valeur par la couleur) ; traits exagérés du goinfre, pour renforcer l’opposition avec le personnage squelettique (qui représente les pays pauvres) ; question naïve qui dénonce ironiquement l’ignorance et l’indifférence des pays développés.