Le risque lié à l’activité physique

Merci !

Fiches
Classe(s) : Séries tertiaires - Séries industrielles | Thème(s) : Effets physiopathologiques des risques professionnels et prévention

L’activité physique mobilise l’appareil locomoteur pour se déplacer, transporter, soulever, bouger, tirer, pousser, actionner… Au travail, elle est souvent caractérisée par la répétitivité, des niveaux d’efforts et des gestuelles contraintes. Malgré les progrès techniques qui permettent d’alléger les tâches les plus dures, l’activité physique au travail reste l’une des principales causes d’accidents, de maladies professionnelles et d’inaptitudes au travail.

1 L’activité statique et dynamique


 Lors d’activité statique au poste de travail, le corps doit maintenir une posture précise. Pour cela, les muscles sont contractés de façon prolongée. Une fatigue musculaire prématurée s’installe suite à la diminution de l’arrivée de dioxygène et de glucose par le sang et l’absence d’évacuation des déchets.

 Lors d’activité dynamique au poste de travail, les muscles alternent les périodes de contraction et de relâchement, ce qui permet l’oxygénation du muscle et l’évacuation des déchets. C’est pourquoi, dans l’activité de travail, il faut privilégier le travail dynamique.

2 Les situations dangereuses


Plus de trois quarts des maladies professionnelles reconnues et la moitié des accidents du travail sont liés à des activités physiques au travail dues à des :

- efforts physiques excessifs ou répétés dont les risques liés aux manutentions manuelles ;

- postures de travail contraignantes ;

- gestes répétitifs ;

- déplacements à pied.

3 Les effets sur l’organisme humain


 La colonne vertébrale est formée d’un empilement de 33 vertèbres : cervicales, dorsales, lombaires, sacrées et coccygiennes qui dessinent des courbures naturelles.

À noter

13536_C31_01

Remarque

Les vertèbres sacrées (situées au niveau du sacrum) sont la soudure ou la fusion de 5 vertèbres. Les vertèbres coccygiennes (situées au niveau du coccyx) sont la soudure ou la fusion de 3 à 5 vertèbres.

 Les mouvements de la colonne vertébrale sont possibles grâce aux disques intervertébraux qui amortissent et répartissent les pressions. Les vertèbres les plus sollicitées par ces pressions sont les vertèbres lombaires.

PB_Bac_13536_PSEpro_TT_10_doc3

 Lors des mouvements de flexion, le noyau est chassé vers l’arrière par le pincement des vertèbres. À court, moyen ou long terme, la répétition de ces mouvements conduit à une détérioration des disques intervertébraux car les lamelles des anneaux fibreux risquent de se distendre ou de se craqueler et provoquer ainsi des accidents discaux.

PB_Bac_13536_PSEpro_TT_10_doc4

4 Les mesures de prévention


La prévention porte sur :

- l’automatisation des manutentions manuelles ;

- l’utilisation des aides à la manutention (pinces, poignées, ventouse…) ;

- le port des équipements de protection individuelle (exemples : gants, chaussures de sécurité…) ;

- le respect des limites de port de charge unitaire ;

- l’aménagement des postes de travail ;

- la formation aux techniques gestuelles (respect des 5 principes de sécurité et des 3 principes d’économie d’efforts).

Postures

Les 5 principes de sécurité

Justification

13536_C31_04a

Se rapprocher le plus possible de la charge

Afin de superposer les centres de gravité

13536_C31_04b

Écarter les pieds de la largeur du bassin et décaler

Afin d’assurer l’équilibre

13536_C31_04c

Fléchir les jambes

Afin de travailler avec la force des muscles des cuisses (les plus puissants)

13536_C31_04d

Positionner les mains

Afin d’assurer les prises

13536_C31_04e

Fixer la colonne vertébrale et relever la tête

Afin de conserver les courbures naturelles de la colonne vertébrale

Postures

Les 3 principes d’économie d’effort

13536_C31_04f

 Garder les bras tendus

 Utiliser l’élan

 Utiliser l’appui de la cuisse